Animaux aquatiques

Importance des animaux aquatiques

Les animaux aquatiques jouent un rôle essentiel pour parvenir à un monde plus prospère et plus sûr, en occupant une place prépondérante dans les objectifs du développement durable à maints égards, en particulier :

Les secteurs de la pêche et de l’aquaculture sont une source de revenus et de moyens de subsistance pour plus de 50 millions de personnes

La part des animaux aquatiques dans l’apport en protéines animales avoisine les 20 % per capita pour plus de 3 milliards de personnes, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire

La promotion d’une pêche et d’une aquaculture responsables et durables est cruciale pour protéger la vie sous l’eau

La promotion d’un système de commerce international d’animaux aquatiques et de produits d’animaux aquatiques dénué de risques et fondé sur les normes de l’OIE est un moteur du développement durable

Assurer la nutrition humaine à l’échelle de la planète

L’approvisionnement en animaux aquatiques et en produits issus d’animaux aquatiques destinés à la consommation humaine est assuré pour partie par l’aquaculture (élevage d’animaux aquatiques) et pour partie par les pêches de capture. La part de l’aquaculture dans l’approvisionnement mondial est d’environ 50 % et près de 90 % de cette production a pour point d’origine des pays situés dans la région Asie – Pacifique.

Il existe une extraordinaire diversité, en quantité et en nombre, d’espèces d’animaux aquatiques qui sont élevés à l’échelle mondiale. Si les filières de l’élevage des animaux terrestres reposent sur un petit nombre d’espèces appartenant à deux classes de vertébrés ‒ les mammifères et les oiseaux ‒, l’aquaculture recouvre des centaines d’espèces apparentées d’une façon lointaine qui sont issues de plusieurs embranchements incluant les arthropodes (crustacés), les chordés (poissons, amphibiens et reptiles), les mollusques (bivalves et gastropodes) et les échinodermes (concombres de mer et oursins).

La production mondiale de produits de la mer, dont la majorité d’entre eux sont issus de l’aquaculture, devra avoir doublé d’ici 2030 pour satisfaire l’essor de la demande mondiale en ces denrées alimentaires. Cependant, les maladies continuent de constituer une menace pour les animaux aquatiques, freinant la croissance du secteur et induisant de lourdes conséquences au niveau socio-économique et de l’environnement. Les échanges internationaux d’animaux aquatiques et de leurs produits peuvent constituer une voie importante de diffusion de maladies des animaux aquatiques, en particulier si l’on considère que plus d’un tiers de la production mondiale fait l’objet d’un commerce international. Découvrez comment vous pouvez maintenir les animaux aquatiques en bonne santé dans cette brochure.

Comment l’OIE assure-t-il la protection des animaux aquatiques ?

L’OIE fournit des Normes internationales qui visent à l’amélioration de la santé des animaux aquatiques dans le monde entier. Les recommandations figurant dans le Code aquatique de l’OIE doivent être appliquées par les Autorités compétentes des pays importateurs et exportateurs pour assurer la détection précoce, la déclaration et le contrôle des agents pathogènes pour les animaux aquatiques ainsi que la prévention de leur diffusion à la faveur des échanges internationaux d’animaux aquatiques et de leurs produits, tout en évitant l’instauration d’entraves sanitaires au commerce non justifiées. Le Code aquatique comporte également des normes concernant le bien-être des poissons d’élevage et l’utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques.

Stratégie de l’OIE pour la santé des animaux aquatiques 2021–2025

Les êtres humains consomment de plus grandes quantités d’animaux aquatiques que jamais auparavant Aujourd’hui, les animaux aquatiques constituent la principale source de protéines pour des milliards de personnes dans le monde, et la demande devrait augmenter. Pour satisfaire cette demande, la production d’animaux aquatiques devra doubler d’ici 2050, la majeure partie de cette croissance provenant de l’aquaculture.

Toutefois, les maladies des animaux aquatiques constituent une menace pour la croissance durable du secteur de l’aquaculture et, par conséquent, notre approvisionnement en denrées alimentaires. Cette menace est partagée et nécessite des actions collaboratives de la part de l’OIE et de ses Membres, en collaboration avec les parties prenantes concernées, afin de protéger et d’améliorer la santé des animaux aquatiques dans le monde entier.

Reconnaissant la nécessité de mettre en place des systèmes de santé pour les animaux aquatiques plus durables, l’OIE a lancé sa première Stratégie pour la santé des animaux aquatiques lors de la 88e Session générale de l’OIE afin d’améliorer la santé et le bien-être des animaux aquatiques dans le monde entier, contribuant ainsi à une croissance économique durable, à la réduction de la pauvreté et à la sécurité alimentaire, et favorisant ainsi la réalisation des objectifs de développement durable.

Pour découvrir la Stratégie, ses objectifs et ses activités spécifiques, et pour voir quelle contribution vous pouvez apporter, veuillez cliquer le lien.

Amélioration de la productivité et du développement durable de l’aquaculture

La contribution des programmes de santé destinés aux animaux aquatiques est essentielle pour assurer le caractère durable des systèmes de production. Les vétérinaires, les professionnels de la santé des animaux aquatiques et d’autres acteurs jouent un rôle crucial dans la production d’animaux aquatiques dans des conditions ne compromettant pas leur santé ni leur bien-être et dans la production de produits issus d’animaux aquatiques propres à la consommation humaine et certifiés de manière appropriée pour satisfaire aux exigences du commerce international. L’OIE cherche constamment à sensibiliser le grand public à la bonne gouvernance des Services vétérinaires et des Services chargés de la santé des animaux aquatiques (relevant du secteur public et du secteur privé).

Faits marquants
  • La consommation humaine d’animaux aquatiques et de leurs produits est en hausse constante
  • L’aquaculture est le secteur de la production de denrées alimentaires dont la croissance est la plus rapide dans le monde
  • La santé des animaux aquatiques contribue à la préservation de la biodiversité, au soutien des moyens de subsistance et à la garantie de la sécurité alimentaire
  • L’intensification de la production et la hausse des volumes d’animaux aquatiques et de produits issus d’animaux aquatiques faisant l’objet d’un commerce peuvent constituer une voie non négligeable de propagation des maladies des animaux aquatiques
  • L’OIE élabore des normes internationales concernant la santé des animaux aquatiques et le bien-être des poissons d’élevage, et la sécurité sanitaire des échanges internationaux

Santé des animaux aquatiques

Les normes internationales de l’OIE : la clé de l’amélioration de la santé des animaux aquatiques et du bien-être des poissons d’élevage

Dans le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux aquatiques (le Code aquatique) figurent, depuis 1995, des normes internationales destinées à prévenir, détecter et contrôler des maladies significatives touchant les animaux aquatiques et à garantir la sécurité sanitaire des échanges internationaux d’amphibiens, de crustacés, de poissons et de mollusques ainsi que de produits qui en sont issus.

En mai de chaque année, des chapitres, nouveaux ou révisés, sont adoptés par l’Assemblée mondiale des Délégués de l’OIE en vue d’être introduits dans le Code aquatique, qui est publié chaque année (accès à la version en ligne).

L’objectif du Manuel des tests de diagnostic pour les animaux aquatiques de l’OIE (le Manuel aquatique) est de proposer une approche uniforme pour poser le diagnostic des maladies listées dans le Code aquatique ainsi que de certaines autres maladies d’importance. Il décrit les méthodes de diagnostic pouvant être appliquées par les laboratoires de santé des animaux aquatiques répartis à travers le monde. Les chapitres y figurant sont révisés et mis à jour régulièrement au fur et à mesure de la diffusion d’informations nouvelles.

Il est envisagé de publier une nouvelle édition de cet ouvrage tous les quatre ans, mais tout chapitre actualisé ou nouveau qui est adopté par l’Assemblée mondiale est mis à disposition sur le site Web de l’OIE (accès à la version en ligne).

Le processus d’élaboration des normes internationales de l’OIE est adapté aux besoins, fondé sur la science et transparent. De nombreux acteurs, parmi lesquels des membres de l’OIE, des experts de renommée internationale et les Commissions spécialisées de l’Organisation, sont impliqués dans leur élaboration. Dans le cas des Normes internationales concernant les animaux aquatiques, leur préparation est supervisée par les travaux de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques.

  COMMENT LES NORMES INTERNATIONALES DE L’OIE SONT-ELLES ÉLABORÉES ?


Pour en savoir davantage sur leur élaboration et sur le rôle des différents acteurs engagés dans le processus normatif, cliquez sur la vidéo.

Une fenêtre ouverte sur la situation de la santé des animaux aquatiques

L’OIE offre également des informations sur la situation relative aux maladies des animaux aquatiques dans le monde, y compris des alertes sanitaires, au travers du Système mondial d’information sanitaire (OIE-WAHIS). Cette information est importante pour les Pays membres, car elle leur permet d’organiser la riposte dans les meilleurs délais afin de prévenir la diffusion de maladies transfrontalières et émergentes. Accès à la liste des maladies des animaux aquatiques à notifier à l’OIE.
Notifier l’information pour améliorer les échanges commerciaux
Sous l’effet de la croissance de la production aquacole et du développement du commerce mondial des animaux aquatiques et des produits qui en sont issus, le risque serait que des maladies se propagent dans de nouveaux secteurs géographiques et que de nouvelles maladies émergent. Cliquez sur l’infographie pour en savoir davantage sur l’importance de la notification des informations concernant la santé des animaux aquatiques au travers de la plateforme OIE-WAHIS et dans quelle mesure cette plateforme peut aider les pays à contrôler les maladies et à garantir la sécurité sanitaire des échanges internationa

Rapport annuel sur les animaux sauvages : un investissement mutuellement bénéfique !

Compte tenu du fait que les animaux vivent souvent dans des milieux ouverts, certaines maladies peuvent également avoir des répercussions significatives et négatives sur les populations sauvages ; par exemple, 96 % de la population de salamandres tachetées a été décimée aux Pays-Bas à la suite d’un foyer de B. salamandrivorans sévissant dans la population sauvage en 2010. Cette maladie peut avoir de lourdes conséquences au sein des populations sauvages (incluant celles en extinction) de nombreuses espèces d’amphibiens et constitue une sérieuse menace pour la biodiversité (pour en savoir davantage, se reporter à la fiche technique correspondante).

La surveillance des maladies de la faune sauvage est essentielle pour collecter des données sur les animaux sauvages et pour développer de meilleures ripostes face à ces menaces. Consulter les bénéfices du rapport annuel WAHIS-Wild concernant la faune sauvage dans l’infographie.

Renforcement des Services chargés de la santé des animaux aquatiques au travers du Processus PVS

Le Processus PVS de l’OIE est un processus continu visant à l’amélioration durable de la conformité des Services vétérinaires ou des Services chargés de la santé des animaux aquatiques d’un Pays membre aux Normes internationales de l’OIE correspondantes.

La première édition de l’Outil OIE pour l’évaluation des performances des Services vétérinaires et/ou des Services chargés de la santé des animaux aquatiques1 (Outil PVS : animaux aquatiques) a été publiée en 2013. Les missions d’évaluation PVS ont pour objet d’aider un pays à caractériser son niveau de performances, à identifier les carences et les points faibles de sa capacité à se conformer aux normes internationales de l’OIE, à concevoir une vision partagée avec les bénéficiaires (du secteur privé notamment), à définir les priorités et à conduire des initiatives stratégiques.
1. Dans certains pays, ce sont les Services vétérinaires qui constituent l’autorité compétente pour les Services sanitaires chargés des animaux aquatiques alors que dans d’autres, différentes instances gouvernementales assument cette responsabilité.

Renforcement des capacités nationales

Chaque Pays membre de l’OIE est représenté par un Délégué national auprès de l’OIE. Les Délégués sont invités à désigner un Point focal national qui sera en charge des questions liées aux animaux aquatiques. Ce Point focal est chargé d’apporter son aide au Délégué en matière de participation au processus d’élaboration de normes de l’OIE et pour satisfaire aux obligations s’appliquant au pays en sa qualité de membre de l’OIE (par exemple, notification de maladies et mise en conformité avec les Normes internationales de l’OIE). L’OIE a mis en œuvre des programmes de formation pour appuyer le renforcement des capacités du Point focal national pour les animaux aquatiques. Pour en savoir davantage, cliquez sur les termes de référence du Point focal en charge des questions liées aux animaux aquatiques.

Appartenance à un réseau international d’experts en santé des animaux aquatiques

L’OIE fait appel à l’expertise scientifique mondiale de trente-trois Laboratoires de référence et de deux Centres collaborateurs implantés dans le monde entier pour leur expérience et leurs connaissances en santé des animaux aquatiques. Cliquez ici pour avoir un aperçu de leurs activités.

Bien-être animal des poissons d’élevage

Améliorer le bien-être des poissons d’élevage dans le monde

L’utilisation des poissons d’élevage à des fins de consommation humaine ou à d’autres fins comporte la responsabilité éthique de veiller à ce que toutes souffrances inutiles soient épargnées à ces animaux. Il existe également une relation critique entre le bien-être et la santé des animaux aquatiques. L’OIE a élaboré des normes de bien-être applicables aux poissons d’élevage couvrant le transport, l’étourdissement et l’abattage des poissons d’élevage destinés à la consommation humaine et la mise à mort des poissons d’élevage à des fins de contrôle sanitaire. Retrouvez les normes concernant le bien-être animal qui sont publiées dans le Code aquatique (et dans le Code terrestre) dans l’infographie de l’OIE ci-contre.

En outre, une stratégie mondiale en faveur du bien-être animal a été adoptée en vue d’assurer une direction et une coordination constantes des actions de l’OIE dans ce domaine important. Cette stratégie repose sur les quatre piliers suivants :  

  • Élaboration de normes sur le bien-être animal
  • Développement des compétences et formation
  • Communication avec les gouvernements, les organisations et le grand public
  • Mise en œuvre des normes sur le bien-être animal et des politiques correspondantes
Accès au portail de l’OIE sur le bien-être animal

Usage responsable et prudent des agents antimicrobiens

Utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques

L’utilisation appropriée des agents antimicrobiens en aquaculture est importante pour garantir la santé publique, la sécurité sanitaire des aliments, la santé et la production des animaux aquatiques, la biodiversité et la protection de l’environnement.

L’OIE a élaboré des Normes internationales sur l’utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques et sur les programmes de suivi de la résistance aux agents antimicrobiens ; ces normes figurent dans le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux aquatiques.

Ces normes sont consultables comme suit :

L’OIE a également élaboré une liste des agents antimicrobiens importants en médecine vétérinaire qui a été adoptée par l’Assemblée mondiale.

Base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux

Dans le cadre du Plan d’action mondial sur l’antibiorésistance, l’OIE, au sein d’une collaboration tripartite avec le soutien de la FAO et de l’OMS, a décidé de conduire la réalisation d’une base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux.

fL’OIE publie un rapport annuel sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux à la suite d’un cycle de collecte de données auprès de ses Pays membres. Ces rapports comportent des données quantitatives fournies par les Membres sur les agents antimicrobiens utilisés chez les animaux aquatiques servant à la production de denrées alimentaires. Cliquez ici pour lire le dernier rapport publié.

Campagne de communication : nous comptons sur vous

L’abus et le mauvais usage des agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques accroissent le risque de résistance, ce qui constitue une menace pour la santé et le bien-être des hommes et des animaux. L’OIE a mis en œuvre une campagne de communication pour expliquer les différentes actions qu’une variété d’acteurs de la santé animale peut mener pour manipuler les agents antimicrobiens prudemment et de manière responsable et appliquer les Normes internationales de l’OIE. Découvrez les outils pour faire passer les messages clés : la filière « animaux aquatiques » a également un rôle important à jouer dans le combat contre la résistance aux agents antimicrobiens.

Accès au portail de l’OIE sur la résistance aux agents antimicrobiens

Ressources multimedia

Cette page donne accès aux différents matériels d’information liés aux activités de l’OIE en lien avec les animaux aquatiques. Vous pouvez utiliser et diffuser ces matériels d’information.

Brochures

Les avantages liés aux

animaux aquatiques sont

infinis

Le monde aquatique est

également menacé


Infographies

Santé des animaux aquatiques

sur WAHIS

Rapport annuel sur les animaux
sauvages : un investissement
mutuellement bénéfique !


Animations

Poissons

Mollusques

Amphibiens

Crustacés

Téléchargez ici les GIF en format .mp4

Téléchargez ici le vidéo en format .mp4

Signature Email
Disponible :    
Campagne de communication : nous comptons sur vous

Découvrez les outils de communication pour l’initiative de sensibilisation visant à combattre la résistance
aux agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques.

Publications 

Aquatic Animal Health Programmes: their benefits for global food security

Guide for Aquatic Animal Health Surveillance


Bulletin 2012- 2 : Santé des animaux aquatiques

Conférences mondiales de l’OIE sur la santé des animaux aquatiques

Collaboration, durabilité : notre futur; Santiago (Chili), 2019.

Préparer l’avenir; Ho Chi Minh City (Vietnam), 2015.

 
Un intérêt majeur pour la sécurité alimentaire mondial; Panama City (Panama), 2011.

 
Responsabilité partagée et engagement accru à tous les niveaux; Bergen (Norvège), 2006