Produits vétérinaires

Les produits vétérinaires sont des outils importants dans la prévention et le contrôle des maladies animales. La définition de ce terme peut varier d’un pays à l’autre ; celle de l’OIE, quant à elle, comprend les vaccins, les médicaments à usage vétérinaire, tels les agents antimicrobiens, et les kits de diagnostic. Afin de garantir un contrôle à la fois efficace et durable des maladies animales tout en réduisant au minimum les risques encourus par l’homme et les animaux, les gouvernements doivent prévoir dans leur législation vétérinaire des dispositions adaptées pour réglementer l’autorisation de mise sur le marché, la fabrication, la distribution et l’utilisation des produits vétérinaires.

À cet effet, l’OIE élabore à l’intention de ses Pays Membres des normes, des lignes directrices et des recommandations à vocation internationale sur les produits vétérinaires. Ces documents de référence figurent dans les cinq publications suivantes : le Code sanitaire pour les animaux terrestres, le Code sanitaire pour les animaux aquatiques, le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres et le Manuel des tests de diagnostic pour les animaux aquatiques.

L’OIE encourage aussi activement les activités liées à l’harmonisation de la législation vétérinaire. En sa qualité de membre associé, l’organisation soutient ainsi l’initiative sur la Coopération internationale sur l’harmonisation des exigences techniques applicables à l’homologation des médicaments vétérinaires (VICH). Certaines activités spécifiques de collaboration ainsi que les directives du VICH qui ont été traduites peuvent être regroupées dans le Forum élargi du VICH.

Parallèlement à l’élaboration de normes, lignes directrices et recommandations à vocation internationale et en synergie avec celle-ci, l’OIE offre un soutien constant aux Services vétérinaires et aux laboratoires afin de permettre à ses Pays Membres de les mettre en œuvre.

Dans le cadre de ses activités sur les produits vétérinaires, l’OIE s’appuie sur ses trois Centres collaborateurs, qui sont des établissements de premier plan à l’échelle mondiale, et d’un Laboratoire de référence sur la résistance aux antimicrobiens.

Les actions des Pays Membres de l’OIE sont coordonnées par les points focaux nationaux de l’OIE pour les produits vétérinaires, qui fournissent une assistance technique aux Délégués nationaux afin d’améliorer et d’harmoniser les politiques nationales sur les produits vétérinaires.

En mai 2009, au cours de la 77ème Session générale de l’OIE, l’Assemblée mondiale des Délégués a adopté la Résolution n° 25 sur les produits vétérinaires, qui recommande explicitement à l’OIE de renforcer ses actions et continuer à développer une stratégie cohérente dans ce domaine. Cette position se retrouve également dans le Cinquième plan stratégique (2011–2015) de l’OIE, qui a été adopté par cette même Assemblée lors de la 78ème Session générale de l’OIE en mai 2010.

Historique

L’OIE a été impliqué dès le départ dans la mise en place de la  Coopération internationale sur l’harmonisation des exigences techniques applicables à l’enregistrement des médicaments vétérinaires (VICH) et a été représentée à toutes les réunions du Comité directeur par l’ANSES, son Centre collaborateur.

Aux termes de son 5e Plan stratégique, l’OIE encourage ses Pays Membres à respecter les directives de la VICH. Pour faciliter ce processus, l’OIE s’est engagée à soutenir la mise en place du forum de sensibilisation de la VICH, auquel peuvent participer des pays et régions non-membres de la VICH et obtenir ainsi des informations directes sur les avancées enregistrées. Ce forum a pour objectif de jeter les bases d’une harmonisation internationale plus large des exigences techniques à respecter pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché (appelée aussi “enregistrement”) d’un médicament vétérinaire.

Ce forum de sensibilisation a été créé lors de la 26e réunion du Comité de pilotage de la VICH, qui s’est tenue en novembre 2011 à Tokyo, au Japon. Plusieurs pays et organisations régionales répondant aux critères stipulés dans la charte du forum se sont retrouvés depuis lors pour la première réunion du forum, qui s’est tenue en juin 2012 à Bruxelles, et pour les réunions suivantes organisées en marge des réunions du Comité directeur.

Les principaux sujets d’intérêt des pays non-VICH de ce Forum sont de mieux comprendre le processus d’élaboration des directives VICH et d’y contribuer activement, d’apporter un retour d’expérience concernant l’acceptation des directives existantes, de discuter des questions pratiques relatives aux directives VICH, de recevoir une formation sur l’application des directives et de collaborer et de partager les traductions des directives dans différentes langues.

Membres actuels du Forum élargi
Pays

Arabie Saoudite, Argentine, Brésil, Chine (Rép. pop. de), Corée (Rép. de), Inde, Maroc, Mexique, Nigeria, Ouganda, Russie, Taïpei chinois, Tanzanie, Thaïlande, Ukraine et Zimbabwe

Organisations régionales

ASEAN (représentant l’Asie)

CAMEVET (représentant les Amériques);

WAEMO/UEMOA (représentant l’Afrique de l’Ouest)

Le rôle de l’OIE

L’OIE et son Centre collaborateur, l’ANSES facilitent les relations et la communication entre les membres du Forum élargi, le Secrétariat et les membres du VICH. Les minutes des réunions du Forum élargi et d’autres documents utiles aux pays membres du Forum et aux Pays membres de l’OIE intéressés à rejoindre le Forum sont disponibles sur cette page internet.

Réunions du Forum élargi du VICH

12e Réunion du Forum élargi du VICH – 38e Comité d’organisation
Tokyo (Japon), Novembre 2019

Prochaine réunion du Forum élargi du VICH
  • 13e Réunion du Forum élargi,  Europe (à décider), 25 – 26 février 2019
Service à l’attention des membres du Forum élargi

Certains membres du Forum élargi ont constaté le besoin de faire traduire les directives VICH dans différentes langues. L’OIE, en collaboration avec d’autres organisations, met à votre disposition sur ce site les directives déjà traduites. Il convient cependant de noter que seule la version anglaise disponible sur le site du VICH fait foi.

Ces traductions existent sous forme de fichiers pdf pour les langues dont la liste figure ci-dessous.

Russe (tranduit par l’OIE)

VICH GL 3
VICH GL 8


Spanish
 (traduit par la Food and Drug Administration voir U.S. Food and Drug Administration)

VICH GL 3RVICH GL 29
VICH GL 9VICH GL 31
VICH GL 22VICH GL 32
VICH GL 23VICH GL 37
VICH GL 28


Français (traduit par Santé Canada, Direction des médicaments vétérinaires (DMV), en 2004, sauf indication contraire)  

VICH GL 1VICH GL 12VICH GL 21
VICH GL 2VICH GL 13VICH GL 22R
VICH GL 3VICH GL 14VICH GL 23
VICH GL 4VICH GL 15VICH GL 28 (2005)
VICH GL 5VICH GL 16VICH GL 31R
VICH GL 7VICH GL 17VICH GL 32R
VICH GL 8VICH GL 18VICH GL 33R
VICH GL 10VICH GL 19VICH GL 36 (2007)
VICH GL 11VICH GL 20VICH GL 37

Les tests de diagnostic constituent un outil essentiel en vue de confirmer le statut sanitaire des animaux et d’identifier les agents pathogènes. Ils permettent la détection précoce, la gestion et le contrôle des maladies animales, y compris les zoonoses, et facilitent les échanges commerciaux en toute sécurité d’animaux et de produits d’origine animale.

L’OIE travaille activement sur les produits vétérinaires, et notamment les tests de diagnostic, et a élaboré une stratégie cohérente pour ses activités dans le secteur.

Les normes de l’OIE s’appliquant aux tests de diagnostic sont publiées dans le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres (Manuel terrestre) et dans le Manuel des tests de diagnostic pour les animaux aquatiques (Manuel aquatique).

Dans les chapitres d’introduction de ces deux Manuels, des questions telles que la collecte, l’envoi et le stockage d’échantillons de diagnostic, la gestion de la qualité dans les laboratoires vétérinaires ou les principes de validation des tests de diagnostic sont examinées.

Pour l’ensemble des maladies figurant sur la liste de l’OIE, ainsi que plusieurs autres maladies de premier plan, ces deux Manuels précisent et décrivent les méthodes internationalement reconnues en matière de tests de diagnostic.

Ces normes, lignes directrices et recommandations sont régulièrement mises à jour afin de prendre en compte les dernières découvertes scientifiques et les progrès technologiques les plus récents.

Les travaux de l’OIE se font sous la direction de la Commission pour les normes biologiques et de la Commission des normes sanitaires pour les animaux aquatiques, dans leur domaine de compétence respectif, et sont soutenus par différents Laboratoires de référence et Centres collaborateurs. Des sérums de référence internationaux approuvés par l’OIE ont été élaborés, pour certaines maladies, par des Laboratoires de référence.

Réactifs de référence internationaux approuvés par l’OIE

La Commission des normes biologiques de l’OIE coordonne un programme pour la préparation, validation et la distribution de réactifs de référence internationaux pour les testes de diagnostique pour les maladies infectieuses des animaux. Les matériels de référence sont préparés par un laboratoire de référence de l’OIE conformément aux lignes directrices pour les anticorps ou les antigènes ou les tests d’amplification en chaîne par polymérase (PCR) préconisées par la Commission en collaboration avec d’autres laboratoires. Ils sont désignés par l’OIE comme des matériels de référence primaire à être utilisés pour les épreuves diagnostiques décrites dans le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres de l’OIE. Le but de ce programme est d’avoir une approche uniforme en matière de diagnostic et d’encourager la reconnaissance mutuelle des résultats d’analyses pour le commerce international.

Ractifs de référence internationaux approuvés par l’OIE et actuellement disponibles 
MaladieEpreuveFournisseur
Peste équine Méthode immuno-enzymatiqueMarisa Arias
Centro de Investigación en Sanidad Animal, Instituto Nacional de Investigación y Tecnología Agraria y Alimentarie (CISA-INIA), 28130 Valdeolmos, Madrid, Espagne
Tel: (34-91) 620.23.00
Fax: (34-91) 620.22.47
[email protected] [email protected]
Maladie d’AujeszkyMéthode immuno-enzymatique ;
Neutralisation virale
Dr Marie-Frédérique Le Potier
Anses Ploufragan, Laboratoire de Ploufragan/Plouzané
Unité de Virologie Immunologie Porcines
ZOOPOLE LES CROIX
22440 Ploufragan, France
Tel: +33 (0)2 96 01 62 90
Fax: +33 (0)2 96 01 62 94
[email protected]
Fievre catarrhale du moutonMéthode immuno-enzymatique ;
Immunodiffusion en gélose
A décider
National Veterinary Services Laboratories, Animal & Plant Health Inspection Service, USDA, P.O. Box 844, 1920 Dayton Avenue, Ames, Iowa 50010, États-Unis d’Amérique
Tel: (1-515) 337.75.51
Fax: (1-515) 337.65.08
[email protected]https://www.aphis.usda.gov/aphis/ourfocus/animalhealth/lab-info-services/sa_reagents/ct_reagents
Brucellose bovineIndirect and Competitive enzyme-linked immunosorbent assay; Fixation du complément ; Epreuve d’agglutination ; Epreuve à l’antigène tamponné pour Brucella ; Epreuve de polarisation de fluorescenceDr Adrian Whatmore
Animal and Plant Health Agency
New Haw, Addlestone, Surrey KT15 3NB,
Royaume-Uni
Tel: (+44-1932) 35.76.10  
Fax: (+44-1932) 35.72.16
[email protected]
Brucella abortusFixation du complément ; Epreuve d’agglutinationn; Epreuve à l’antigène tamponnépour Brucella ; Epreuve de polarisation de fluorescence ; Dosage immunoenzymatique indirect ou par compétitionDr Adrian Whatmore
(voir ci-dessus)
Brucella ovisFixation du complémentDr Adrian Whatmore
(voir ci-dessus)
Peste porcine classiqueNeutralisation viraleDr Helen Crooke
Animal and Plant Health Agency
New Haw, Addlestone, Surrey KT15 3NB,
Royaume-Uni
Tel: (44-208) 026 9665
[email protected]
Péripneumonie contagieuse bovineLes sérums irradiés et non irradiés sont tous deux disponible. Pour de plus amples informations concernant leurs utilisations appropriées aux tests sérologiques (test de fixation du complément, dosage immuno-enzymatique indirect ou par compétition), veuillez contacter le Laboratoire de RéférenceDr Massimo Scacchia
CESME, Istituto Zooprofilattico Sperimentale dell’Abruzzo e del Molise ‘G. Caporale’, Via Campo Boario, 64100 Teramo, Italie
Tel: (39-0861) 33.24.05
Fax: (39-0861) 33.22.51
[email protected]
Péripneumonie contagieuse bovineTest de fixation du complémentDr Ana Rosa Pombo Botelho
Laboratório Nacional de Investigaçâo Veterinária, Estrada de Benfica 701
1549-011 Lisboa, Portugal
Tel: (+351-21) 711 53 33 / 39 / 40  Fax: (+351-21) 711 52 36
[email protected]
Leucose bovine enzootiqueImmunodiffusion en gélose;
Méthode immuno-enzymatique
Prof. Thomas Vahlenkamp
Institute of Virology, Centre for Infectious Diseases, Faculty of Veterinary Medicine
Leipzig University, An den Tierkliniken 29
04103 Leipzig, Allemagne
Tel: (49-341) 97.38.201
Fax: (49-341) 97.38.219
[email protected]
Anémie infectieuse des équidesImmunodiffusion en géloseDr Stephan Zientara
UMR 1161 Virologie Afssa/INRA/ENVA, 23 avenue du Général de Gaulle,
94703 Maisosn-Alfort, France
Tel: 33 (0)1 43.96.72.82
Fax: 33 (0)1 43.96.73.96
[email protected][email protected]
Grippe équineInhibition de l’haemagglutination; Hémolyse radiale uniqueDr Marie-Emmanuelle Behr-Gross
European Directorate for the
Quality of Medicines, Council of Europe,
7 allée Kastner, F-67081 Strasbourg
Cédex, France
Tel: 33 (0)3 90.21.41.08;
Fax: 33(0)3. 88.41.27.71;
[email protected]
Grippe équineAntigènes et antisérums pour la standardisation de vaccins
in-vitro
NIBSC (National Institute for Biological Standards and Control), P.O. Box 1193, Blanche Lane, South Mimms, Potters Bar, Hertfordshire EN6 3QH, Royaume-Uni 
Tel: (44-1707) 65.47.53
Fax: (44-1707) 64.67.30
[email protected]
Artérite virale équineNeutralisation viraleDr Peter J. Timoney
Maxwell H. Gluck Equine Research Center, Dept of Veterinary Science, University of Kentucky, Lexington, Kentucky 40546-0099, États-Unis d’Amérique
Tel: (1-859) 47 57 ext. 81094 ;
Fax: (1-859) 257.85.42;
[email protected]
Fièvre aphteuseMéthode immuno-enzymatique (détection des antigènes et anticorps) ;
Neutralisation virale
Dr Donald King
The Pirbright Institute, Ash Road, Pirbright
Woking, Surrey, GU24 0NF, Royaume-Uni
Tel: (44-1483) 23.24.41
Fax: (44-1483) 23.24.48[email protected]
Fièvre aphteuseTests de recherches des protéines non structuralesDr Edviges Maristela Pituco
Centro Panamericano de Fiebre Aftosa OPS/OMS, Av. President Kennedy 7778, Sao Bento, Duque de Caxias, ZC 25040-004 Rio de Janeiro, Brésil
Tel: (55-21) 36.61.90.64
Fax: (55-21) 36.61.90.01
[email protected]
Rhinotrachéite infectieuse bovineNeutralisation virale ;
Méthode immuno-enzymatique
Dr Eric Dubois
Anses Sophia-Antipolis, Laboratoire d’Etudes et de Recherches
sur les Ruminants et les Abeilles,
105 routes des Chappes, B.P. 111,
06902 Sophia-Antipolis, France
Tel: 33 (0)4 92.94.37.00
Fax: 33 (0)4 92.94.37.01
[email protected]
Dr Eefke Weesendorp
Central Veterinary Institute, part of Wageningen UR, Department of Epidemiology, Crisis Organization and Diagnostics (ECD), P.O. Box 65, 8200 AB Lelystad, Pays bas
Tel : (31-320) 23.81.02
Fax : (31-320) 23.81.53[email protected]
Brucelloses ovine et caprine (anti-Brucella melitensis[ISaBmS])Dosage immunoenzymatique indirect ou par compétition ; Epreuve de polarisation de fluorescence ; Epreuve à l’antigène tamponné pour Brucella Dr Adrian Whatmore(voir ci-dessus)
Peste des petits ruminantsMéthode immuno-enzymatique Dr Genevieve Libeau
CIRAD/EMVT, Campus international de Baillarguet, Montferriez-sur-Lez, B.P. 5035, 34032 Montpellier Cedex 01, France
Tel: 33 (0)4 67 59 37 98
Fax: 33 (0)4 67.59.38.50
[email protected]
RageNeutralisation virale par anticorps fluorescentsDr Florence Cliquet
Anses Nancy, Laboratorie de la rage et de la faune sauvage, Technopôle Agricole et Vétérinaire – Bâtiment H, CS 40009, 54220 Malzéville, France 
Tel: 33 (0)3 83.29.89.50
Fax: 33 (0)3 83.29.89.58
[email protected]
Maladie vésiculeuse du porcMéthode immuno-enzymatique (détection des anticorps) ;Neutralisation viraleDr Donald King
The Pirbright Institute, Ash Road, Pirbright
Woking, Surrey, GU24 0NF, Royaume-Uni
Tel: (44-1483) 23.24.41
Fax: (44-1483) 23.24.48[email protected]
TrichinelloseMéthode immuno-enzymatiqueDr Maria Angeles Gomez Morales
Istituto Superiore di Sanita, Laboratorio di Parassitologia, Viale Regina Elena 299, 00161 Roma, Italie
Tel: +390-6 49.90.23.04
Email: [email protected]

Le terme « réactif de référence international » est synonyme d’étalon primaire. Il s’agit du réactif étalon par rapport auquel tous les autres (étalons secondaires) sont comparés et étalonnés. Les étalons secondaires peuvent être des étalons nationaux ou des substances de référence utilisés pour les travaux de routine au niveau du laboratoire de diagnostic. Pour les opérations quotidiennes de standardisation des tests, il convient d’utiliser l’étalon secondaire et non l’étalon international. Les réactifs de référence internationaux cités ci-dessus peuvent être obtenus en petites quantités à l’adresse indiquée. Certains laboratoires facturent ce service.

Si vous contactez l’un de ces laboratoires de référence de l’OIE afin d’obtenir des matériels de référence et n’obtenez pas de réponse, SVP, en informer le Service scientifique de l’OIE

Contact : [email protected]

Fondement juridique

Lors de la 71ème Session générale de l’OIE de mai 2003, le Comité international a adopté la Résolution n° XXIX. Cette Résolution entérine le principe de validation et de certification par l’OIE des épreuves de diagnostic (méthodes d’essai) des maladies animales infectieuses et confère au Directeur Général de l’OIE le mandat de définir les procédures types spécifiques applicables avant que la décision finale concernant la validation et la certification de l’épreuve de diagnostic soit prise par le Comité international de l’OIE.

La Résolution établit que ‘l’aptitude à l’emploi’ doit constituer un critère de validation.

Le concept ‘d’aptitude à l’emploi’ indique l’objectif de l’épreuve, par exemple :1. Démonstration du statut de population indemne d’infection (prévalence apparente égale à 0)     a) ‘indemne’ avec et/ou sans vaccination,     b) ‘indemne’ sur le plan historique,     c) recouvrement du statut ‘indemne’ après l’apparition de foyers ;
2. Démonstration de l’absence d’infection chez des animaux ou des produits particuliers destinés au commerce ;
3. Démonstration de l’efficacité des politiques d’éradication ;
4. Confirmation du diagnostic des cas cliniques ;
5. Estimation de la prévalence de l’infection pour faciliter l’analyse de risque (enquêtes, classification du statut sanitaire des troupeaux, mise en œuvre de mesures prophylactiques d’une maladie) ;
6. Détermination du statut immunitaire (post-vaccination) d’animaux ou de populations spécifiques. 

 
Il est précisé dans la Résolution que le Directeur Général de l’OIE doit prendre des dispositions pour établir un registre des épreuves spécifiant les niveaux de validation. Le Directeur Général est mandaté pour réexaminer les procédures d’approbation des épreuves de diagnostic en temps utile et il est autorisé, si nécessaire, à récupérer les frais encourus lors du processus de validation, de certification et d’enregistrement de ces épreuves.

La Résolution n° XXIX établit que les Laboratoires de référence de l’OIE doivent être étroitement associés aux procédures de validation et qu’ils doivent créer des collections de référence de sérums/prélèvements à utiliser dans le cadre des validations conformément aux dispositions de leurs mandats.

Finalité et intérêt du registre

Le but de la procédure pour l’enregistrement par l’OIE des kits de diagnostic est d’élaborer un registre consignant les kits de diagnostic reconnus à l’usage des Pays Membres de l’OIE et des fabricants de kits.

Les Pays Membres de l’OIE ont besoin de kits de diagnostic dont on sait qu’ils sont validés selon les critères de l’OIE afin d’améliorer leur qualité, de garantir qu’ils pourront être utilisés pour établir la situation zoosanitaire avec exactitude et accroître la confiance dans ces kits.

L’élaboration du registre des kits de diagnostic reconnus donnera plus de transparence et de clarté au processus de validation.

Elle fournira aussi les moyens de distinguer les fabricants qui produisent des tests validés et certifiés sous forme de kit prêt à l’emploi.

Afin que le processus soit transparent, tous les résultats de la procédure pour l’enregistrement par l’OIE des kits de diagnostic seront affichés en détail sur le site web de l’OIE.

Politique de l’OIE en matière de transparence, de confidentialité et de divulgation des informations

L’OIE doit faire face à deux obligations qui peuvent s’avérer contradictoires : d’une part, le devoir de donner au public accès aux informations (transparence) et, d’autre part, la nécessité de préserver la confidentialité des informations détenues par l’OIE en sa qualité d’organisme régulateur international (voir également la politique de l’OIE sur la protection de la confidentialité légitime disponible sur le site Web de l’OIE à l’adresse suivante : https://www.oie.int/fr/a-propos/principaux-textes/obligations-des-experts/).

1. Devoir de confidentialité

Dans le cadre de la procédure de l’OIE pour l’enregistrement des kits de diagnostic, le respect de la confidentialité est fondamental au maintien d’une bonne relation et d’un juste équilibre entre l’OIE, l’industrie et les autres parties. L’OIE reconnaît que son personnel, les membres de la Commission des normes biologiques et de la Commission des normes sanitaires pour les animaux aquatiques, et les experts chargés de l’examen des dossiers peuvent avoir accès à des informations confidentielles qui relèvent de la propriété intellectuelle ou d’intérêts commerciaux. C’est la raison pour laquelle, ils sont tous tenus de signer un engagement de confidentialité qui les oblige à respecter la confidentialité des informations en toutes circonstances et ce, même après résiliation de leur mission/contrat en cours.

Les membres du personnel de l’OIE sont soumis au devoir général de confidentialité en vertu du Règlement du personnel. L’attention des nouveaux membres du personnel est attirée sur les dispositions relatives à la confidentialité prévues par ce règlement. Ils reconnaissent par écrit qu’ils ont lu et compris les articles du règlement portant sur ces dispositions ainsi que les mesures disciplinaires y afférentes. Ils sont également tenus de refaire cette déclaration lors du renouvellement de leur contrat.

Il est conseillé aux membres du personnel de l’OIE et à toutes les autres personnes impliquées dans la procédure de l’OIE pour l’enregistrement des kits de diagnostic de faire preuve de précaution quand ils répondent à des questions afin de ne pas communiquer d’informations sur les produits concernés aux concurrents ou à d’autres parties intéressées, alors que ces informations ne sont pas publiques. La discrétion est donc de mise à l’intérieur comme à l’extérieur de l’OIE.

En cas de doute quant à la gestion de l’information, les membres du personnel de l’OIE ou tous les autres individus impliqués dans la procédure de l’OIE pour l’enregistrement des kits de diagnostic doivent demander l’avis du Directeur général de l’OIE.

2. Devoir de confidentialité permanent

Les membres des Commissions spécialisées de l’OIE, les experts chargés de l’examen des dossiers et le personnel de l’OIE sont tenus de respecter toute leur vie durant le devoir de confidentialité et ce, même après avoir mis fin à leur relation avec l’OIE.

Formulaire 1. Engagement de confidentialité pour les experts-conseils
Formulaire 2. Engagement de confidentialité pour le personnel de l’OIE et les membres de la Commission des normes biologiques et de la Commission des normes sanitaires pour les animaux aquatiques

Procédure pour la soumission
Téléchargement du formulaire d’adhésion
Registre des kits de diagnostic certifiés par l’OIE 
Contact

OIESRDK (Secrétariat de l’OIE pour l’enregistrement des kits de diagnostic)

Dr Mária Szabó
Secrétariat pour l’enregistrement des kits de diagnostic
Service Antibiorésistance et produits vétérinaires
12 rue de Prony, 75017 Paris
FRANCE
Tél: 33 (0)1 44 15 19 14, Fax: 33 (0)1 42 67 09 87
Email: [email protected]