Déclaration de l’OIE sur le suivi du SARS-CoV-2 chez le cerf de Virginie

Déclarations

white-tailed deer

De récents travaux scientifiques montrent un taux de prévalence élevé de l’infection par le SARS-CoV-2 au sein des populations de cerfs de Virginie en Amérique du Nord. C’est la première fois que le virus est détecté chez des populations d’animaux sauvages. Cette découverte nécessite des investigations supplémentaires afin de déterminer si le cerf de Virginie pourrait devenir un réservoir de la maladie mais aussi d’évaluer les diverses conséquences pour la santé publique et la santé animale. Puisqu’ils ne présentent pas de symptômes de l’infection, les cerfs de Virginie devront faire l’objet d’un suivi dans la mesure où ils pourraient devenir un réservoir silencieux.  

Bien qu’il n’y ait actuellement pas de preuve de transmission du SARS-CoV-2 du cerf de Virginie à l’humain, l’introduction du virus par l’humain dans les populations de cerfs aurait eu lieu à de multiples reprises. Nous encourageons les pays à sensibiliser à la fois les chasseurs et les personnes vivant ou travaillant au contact d’animaux sauvages, afin d’éviter les interactions injustifiées avec ces derniers, ainsi que le dépôt de déchets ou d’objets dans les zones forestières qui pourraient être ingérés ou touchés par les cerfs ou tout autre animal sauvage. 

Bien que le SARS-CoV-2 ait largement circulé parmi les populations de cerfs de Virginie, le virus ne semble pas avoir muté de manière significative. Si cela atténue les inquiétudes quant à l’apparition de nouvelles souches de virus dangereuses pour les humains, il est nécessaire de rassembler davantage d’informations pour comprendre les effets de l’introduction du virus chez les animaux sauvages sur l’écosystème. Par conséquent, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) appelle les pays et les autres acteurs concernés à :  

  1. Encourager la collaboration entre les Services vétérinaires nationaux et les autorités nationales responsables de la faune sauvage dont le partenariat est essentiel pour promouvoir la santé animale et protéger la santé humaine et celle des écosystèmes.  
  2. Informer l’OIE des efforts actuels de surveillance de la faune sauvage et de suivi du SARS-CoV-2, y compris de la mise en œuvre de recherches scientifiques sur les cerfs de Virginie et autres cervidés à [email protected]
  3. Suivre et, quand cela est possible, effectuer des tests auprès des populations de cervidés dans toutes les régions afin de mieux comprendre la manière dont l’infection se diffuse dans les populations de cerfs de Virginie et parmi les autres espèces de cerfs et d’animaux sauvages.
  4. Diffuser toutes les donnéesconcernant les séquences génétiques utilisées pour les travaux de surveillance animale par l’intermédiaire de bases de données accessibles au public. 
  5. Signaler les cas confirmés de SARS-CoV-2 chez les animaux à l’OIE par le biais du Système mondial d’information zoosanitaire (OIE-WAHIS).  

Informations supplémentaires : 

– Cadre de l’OIE en faveur de la santé de la faune sauvage 

 Lignes directrices pour travailler avec des mammifères sauvages en liberté pendant la pandémie de COVID-19  

– Lignes directrices pour travailler avec des animaux d’élevage d’espèces sensibles à l’infection par le SARS-CoV-2 

– Lignes directrices pour le SARS-CoV-2 chez le cerf de Virginie en liberté (U.S Association of Fish & Wildlife Agencies) – en anglais