Les pays doivent prioriser l’accès aux vaccins contre le COVID-19 pour les vétérinaires

Déclarations

L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Association mondiale vétérinaire (AMV) s’unissent pour encourager les pays à faire de l’accès des vétérinaires à la vaccination contre le COVID-19 une priorité. En travaillant à l’interface animal-homme, les vétérinaires sont en effet au service de la communauté de la santé. Ils ont besoin d’un accès prioritaire aux services de vaccination afin de poursuivre leur travail, qui est essentiel pour protéger la santé publique.
Déclaration conjointe OIE/AMV

Paris, le 9 juillet 2021La pandémie de COVID-19 a poussé la communauté internationale à reconsidérer la façon dont les professionnels de santé pouvaient faire face aux urgences sanitaires de manière plus coordonnée. Les systèmes de santé humaine ayant été mis à rude épreuve et sous pression constante dans le monde entier, les vétérinaires ont offert leurs compétences et leur expertise afin d’aider à lutter contre la pandémie.  

Cette collaboration entre les secteurs de la santé animale et humaine est un excellent exemple de mise en œuvre de l’approche « Une seule santé », car elle reconnaît la nécessité d’unir les forces et les capacités sur la base d’objectifs communs, partagés par ces deux secteurs, en matière de santé. Alors que certains vétérinaires ont apporté leur soutien en analysant des échantillons prélevés chez les humains, d’autres ont donné aux professionnels de la santé humaine des équipements de protection individuelle et des respirateurs pour sauver des vies. Les vétérinaires ont également contribué à la compréhension de ce virus complexe à l’échelle mondiale, en recherchant ses origines et en mettant en place une surveillance passive chez les animaux, notamment chez ceux qui sont très sensibles au SARS-CoV-2 (tels que le vison et autres mustélidés).  

Outre leurs nombreuses contributions dans le cadre de la réponse mondiale au COVID-19, les vétérinaires se sont efforcés de poursuivre leur mission quotidienne visant à garantir la santé et le bien-être des animaux ainsi que la santé publique. Cette profession aux multiples facettes a joué un rôle déterminant pour garantir le maintien de la sécurité des chaînes de production alimentaire, un accès suffisant à la nourriture ainsi que la sécurité du commerce des animaux et des produits d’origine animale à travers le monde depuis le début de la crise. Malgré ce soutien précieux à l’économie et à la gestion de l’urgence sanitaire, les vétérinaires ont été exclus de l’accès prioritaire à la vaccination dans certains pays jusqu’à présent. 

Aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Association mondiale vétérinaire (AMV) appellent les pays à inclure les vétérinaires dans les groupes professionnels prioritaires pour la vaccination contre le COVID-19 dans leurs stratégies nationales et leurs campagnes de vaccination. Ce faisant, les pays pourront assurer : 

  • la sécurité du personnel d’urgence sanitaire, dans la mesure où les vétérinaires disposent des compétences et de l’expertise leur permettant d’apporter un soutien aux stratégies de réponse des pays à la pandémie de COVID-19, notamment pour l’administration des vaccins chez l’homme et l’analyse des prélèvements humains ;
  • le maintien des chaînes de production alimentaire, car les vétérinaires jouent un rôle essentiel pour garantir la sécurité de la production animale et la sécurité sanitaire des aliments ;   
  • le respect des stratégies nationales de gestion des risques, étant donné que les vétérinaires sont en contact étroit avec les espèces d’animaux d’élevage (comme le vison et les autres mustélidés) ou encore avec certaines espèces menacées qui sont sensibles au SARS-CoV-2 et la faune sauvage. En évitant l’exposition de ces animaux à ce virus, il est possible de prévenir le développement de nouveaux réservoirs animaux et la transmission du virus à l’homme à l’avenir. Rappelons qu’il n’existe actuellement aucune preuve que les animaux de compagnie, par exemple les chiens ou les chats, jouent un rôle épidémiologique dans la propagation du COVID-19 chez l’homme.

En incluant les vétérinaires dans les groupes prioritaires pour la vaccination, les pays soutiennent une réponse coordonnée à la crise du coronavirus selon l’approche « Une seule santé ». Cette collaboration accrue entre les professionnels de santé animale et humaine est capitale pour surmonter la pandémie actuelle et pour prévenir de nouveaux foyers.