Peste bovine

Qu’est-ce que la peste bovine ?

La peste bovine est une maladie très contagieuse, connue depuis que l’homme a domestiqué le bétail.

La peste bovine : une maladie mortelle pour le bétail

Avant son éradication en 2011, la peste bovine était la plus dangereuse de toutes les maladies du bétail, puisqu’elle pouvait être mortelle à 100 % dans certains troupeaux. Rapidement transmissible, elle affectait le bétail, les buffles, les yaks et de nombreux autres artiodactyles domestiqués et sauvages.

On pense qu’elle est apparue en Eurasie Centrale avant de se propager en Europe et en Asie le long des routes du commerce et des itinéraires de migration. Cette maladie a également été signalée sur le continent américain et en Australie, quoique avec une prévalence moindre.

La peste bovine a causé de grandes famines en Afrique et a entravé le développement agricole en Asie.

Les tentatives de compréhension de la pathogénie de cette maladie en vue de trouver un traitement et des mesures préventives adéquats ont permis des percées scientifiques au 18e et au 19e siècles.

La peste bovine : à l’origine de la fondation de l’OIE

Les vastes répercussions économiques et sociales de la maladie ont conduit, en 1924, à la création de l’OIE en vue de contrôler les maladies animales infectieuses au niveau international puis à la création de plusieurs écoles de médecine vétérinaire en Europe et en Asie.

En 1920, la peste bovine est apparue subitement en Belgique, lorsqu’un troupeau de zébus en provenance d’Inde et en partance pour le Brésil a fait escale au port d’Anvers.

À l’initiative de la France, une conférence internationale a été organisée, à laquelle tous les pays étaient invités. Cette conférence s’est tenue à Paris en mai 1921. Elle appelait à l’établissement, à Paris, d’un bureau international de contrôle des maladies animales infectieuses.


2011 – Éradication mondiale de la peste bovine

Le monde a été déclaré officiellement indemne de peste bovine en 2011 lors de la 79e Session générale de l’OIE.

La peste bovine qui fut autrefois un fléau pour la société en Asie, en Europe et en Afrique n’est toutefois que la seconde maladie, après la variole, à avoir été éradiquée, après de décennies d’efforts internationaux concertés.

Déclaration d’éradication mondiale de la peste bovine lors de la 79e Session générale de l’OIE  (2011)

Bien que le virus de la peste bovine ne circule plus parmi les animaux, le monde reste vulnérable à une réapparition de la maladie, en raison de la présence de stocks de virus, de vaccins et d’échantillons biologiques pouvant contenir le virus, encore conservés sur différents sites à travers le monde.

Par conséquent, l’OIE et la FAO collaborent étroitement pour veiller à ce que tout produit contenant le virus de la peste bovine soit maintenu en toute sécurité dans des structures à niveau de confinement élevé.

La peste bovine reste une maladie à déclaration obligatoire et des systèmes de surveillance adéquats doivent être maintenus pour la détection précoce des cas cliniques, en cas de fuite accidentelle du virus. L’OIE et la FAO assureront la disponibilité permanente d’outils de sensibilisation afin de montrer l’éventail des signes associés à des cas de peste bovine chez les animaux vivants.

En outre, l’OIE travaille actuellement sur des stratégies visant à faire des progrès dans le contrôle international, au cours des années à venir, d’autres maladies préoccupantes telles que la maladie de la fièvre aphteuse, la rage et la peste des petits ruminants.


Assurons-nous que la peste bovine reste une maladie du passé

Afin de maintenir un statut indemne à l’échelle de la planète et de faire perdurer le souvenir de la peste bovine, l’OIE a lancé une campagne complète devant être mise en œuvre dans ses 182 pays membres, afin de garantir que tous les acteurs impliqués sont pleinement conscients des défis que représente la peste bovine. Une vaste gamme d’outils permettra à chacun de connaître le rôle qu’il doit encore jouer dans l’ère de post-éradication : découvrez les outils de la campagne ici

Le mot-clé de cette campagne est Vigilance. En effet, seule une vigilance maintenue de la part de ces acteurs-clés, aux échelles locale et nationale, nous permettra de garder notre monde indemne de peste bovine.


Editorial

Dans les années 60, des campagnes de vaccination en masse dans les Pays membres concernés, accompagnées de mesures de contrôle des déplacements et d’abattage sanitaire, se sont traduites par un déclin important de la maladie. Cependant, celle-ci est réapparue sur le continent africain 20 ans plus tard, dans les années 80, avec des effets dévastateurs en raison de l’interruption des programmes de vaccination.

La réponse internationale à la résurgence de la maladie a été initiée par l’action de l’OIE, en particulier à travers la publication de normes recommandées pour la mise en place de systèmes de surveillance épidémiologique et lareconnaissance officielle du statut de pays indemne de la peste bovine.

Il s’agit de ce qui fut appelé, la « Procédure OIE », destinée aux Pays membres éligibles afin qu’ils soient officiellement reconnus comme ayant un statut de pays indemnes de la peste bovine.


Chronologie

Graphe de l’éraducation de la peste bovine (en anglais)
Chronologie de l’éradication de la peste bovine (en anglais)

Programme mondial d’éradication de la peste bovine (GREP)

En parallèle, les Nations Unies se sont très énergiquement engagées par le biais du GREP – le Programme mondial d’éradication de la peste bovine – coordonné par la FAO en collaboration avec l’OIE et l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies (IAEA) à partir des années 1990, afin d’obtenir, au plus tard en 2011, une déclaration officielle de l’éradication mondiale de la maladie.

Depuis, l’OIE collabore avec la FAO afin de promouvoir le maintien de l’éradication mondiale de la peste bovine et le stockage sûr des produits contenant le virus de la peste bovine.

La stratégie de post-éradication du GREP comprend la vérification et la séquestration de tous les matériels contenant le virus de peste bovine subsistants, ainsi que l’élaboration d’un plan d’urgence en cas d’apparition imprévue.


Photos historiques

La statue en bronze d’un buffle sauvage près de l’entrée du Meru National Park, au Kenya, rappelle le dernier cas de la maladie (2010)
Monument « Global Rinderpest Eradication Memorial Stone » en face de l’Institut Indien de Recherche Vétérinaire (2012)
L’éradication de cette infection pour les animaux d’élevage tout comme pour ceux de la faune sauvage place l’OIE dans une phase de post-éradication présentant de nouveaux défis à relever.

Maintenir le monde libéré de la peste bovine

Bien que le virus de la peste bovine ne circule plus parmi les animaux, des stocks de virus, des vaccins et des produits contenant le virus de la peste bovine sont toujours stockés dans plus de 20 laboratoires de par le monde, principalement pour la production de vaccins, au cas où la maladie réapparaîtrait à la suite d’un accident ou d’un acte de bioterrorisme.

Tant que ces sources potentielles de virus de la peste bovine ne sont pas détruites en toute sécurité ou transférées vers un nombre minimal de structures à niveau de confinement élevé ayant reçu l’approbation de l’OIE et de la FAO, le monde court le risque de voir la maladie ressurgir.


Engagement de tous les Pays membres

Les 180 Pays membres de l’OIE ont adopté la Résolution de la Session générale de l’OIE de mai 2011, s’engageant ainsi à détruire les virus qui restent ou à les stocker dans un nombre minimal de laboratoires à niveau de confinement élevé ayant fait l’objet d’une approbation, à rester vigilants face à la réapparition de la maladie et à cesser toute activité de recherche n’ayant pas été approuvée.  Une résolution du même ordre a été adoptée en parallèle par la FAO en juin 2011.  L’OIE et la FAO œuvrent afin de garantir que ces actions puissent être appliquées en urgence et totalement pour éviter la récurrence de cette terrible maladie.

L’OIE, en collaboration avec la FAO, s’engage maintenant à définir une gestion fiable et transparente de ce processus avec ses Pays membres.


Désignation des établissements habilités à détenir des produits contenant le virus de la peste bovine 

En mai 2019, lors de la Session générale, l’Assemblée mondiale des Délégués a adopté des résolutions pour maintenir la désignation des institutions suivantes en tant qu’établissements habilités à détenir des produits contenant le virus de la peste bovine (sous réserve des réévaluations conduites tous les trois ans).

A) Établissements habilités à détenir des produits contenant le virus de la peste bovine, à l’exclusion des stocks de vaccin :

  1. Centre panafricain des vaccins vétérinaires de l’Union africaine (UA-PANVAC), Debre-Zeit, Éthiopie.
  2. Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Montpellier, France
  3. China Institute of Veterinary Drug Control/China Veterinary Culture Collection Center [Institut chinois pour le contrôle des médicaments vétérinaires/Centre de collecte de cultures vétérinaires de Chine] (IVDC), Beijing, Chine
  4. High Containment Facilities of Exotic Diseases Research Station, National Institute of Animal Health [Site à haut confinement de la station de recherche sur les maladies exotiques, Institut national de la santé animale], Kodaira, Tokyo, Japon.
  5. USDA-APHIS, Foreign Animal Disease Diagnostic Laboratory (FADDL) [Laboratoire de diagnostic des maladies animales exotiques], Plum Island, New York, États-Unis d’Amérique.
  6. Pirbright Institute, Royaume-Uni.

B) Établissements habilités à détenir uniquement des vaccins préparés contre la peste bovine, des stocks de vaccins et du produit destiné à la production de ces vaccins, à l’exclusion de tout autre usage :

  1. Centre panafricain des vaccins vétérinaires de l’Union africaine (UA-PANVAC), Debre-Zeit, Éthiopie.
  2. Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Montpellier, France
  3. China Institute of Veterinary Drug Control/China Veterinary Culture Collection Center [Institut chinois pour le contrôle des médicaments vétérinaires/Centre de collecte de cultures vétérinaires de Chine] (IVDC), Beijing, Chine
  4. Building for Safety Evaluation Research, Production Center for Biologicals; Building for Biologics Research and Development (storage), National Institute of Animal Health [Locaux du département de recherche sur l’évaluation de la sécurité, Centre de production de produits biologiques ; Locaux pour les produits biologiques, la recherche et le développement (stockage), Institut national de la santé animale], Tsukuba, Ibaraki, Japon.

Résolutions de l’OIE

adoptées lors des Sessions générales (SG) de l’OIE

Plan mondial d’action contre la peste bovine

Le Plan d’action mondial de la peste bovine (GRAP) est un document commun de la FAO et de l’OIE qui décrit les rôles et responsabilités de tous les intervenants dans les cinq phases du cycle de gestion d’urgence (préparation, prévention, détection, riposte et rétablissement) en cas de réapparition de la peste bovine. Le GRAP se base en grande partie sur le chapitre Infection par le virus peste bovine du Code sanitaire pour les animaux terrestresde l’OIE, ainsi que sur des éléments de la publication Méthode de bonne gestion des urgences de la FAO, et complète les plans de contingence nationaux et régionaux. Le document permet aux Services vétérinaires d’identifier et prioriser les lacunes qui doivent être comblées afin de pouvoir se préparer et répondre à un potentiel nouveau foyer de peste bovine, tout en en atténuant les conséquences dans l’ère de post-éradication. Il inclut des mesures pour la gestion et le déploiement de réserves de vaccins contre la peste bovine, détenus dans des « Installations de détention du virus de la peste bovine » désignés par la FAO-OIE. 


Comité consultatif mixte

La FAO et l’OIE ont établi un Comité consultatif mixte pour la peste bovine, composé de sept scientifiques hautement qualifiés. Ce Comité consultatif mixte guidera également les Directeurs généraux de l’OIE et de la FAO pour, entre autres, approuver les propositions de recherche en matière de peste bovine et donner leur accord pour des structures à niveau de confinement élevé ayant la responsabilité de la sauvegarde du virus.

Les organes clés du rôle de l’OIE dans la phase de post-éradication sont consitués par le Comité consultatif mixte FAO/OIE ainsi que par les Laboratoires de référence de l’OIE, qui apportent leur soutien technique à l’OIE. .


Rapports des réunions du Comité consultatif mixte


Réferences

Page web de la FAO sur le Comité consultatif mixte pour la peste bovine (en anglais)

L’OIE et la FAO ont déclaré en mai et juin 2011 l’éradication de la peste bovine dans le monde.

Conformément à la décision prise par l’Assemblée mondiale des Délégués lors de la 79ème Session générale, les Pays Membres sont désormais exemptés de confirmation annuelle de leur statut indemne au regard de la peste bovine.


Liste des Membres indemnes de peste bovine

Conformément à la Résolution No. 15
(79ème Session générale de l’Assemblée mondiale, mai 2011)

Indemne de peste bovine

Membres reconnus indemnes de peste bovine, conformément aux dispositions du Chapitre 8.13. du Code terrestre :

AfghanistanCôte d’IvoireKirghizistanPortugal
Afrique du SudCroatieLaosQatar
AlbanieCubaLesothoRoumanie
AlgérieDanemarkLettonieRoyaume-Uni
AllemagneDjiboutiLibanRussie
AndorreDominicaine (Rép.)LibyeRwanda
AngolaÉgypteLiechtensteinSaint Marin
Arabie SaouditeEl SalvadorLituanieSao Tomé et Principe
ArgentineEmirats Arabes UnisLuxembourgSénégal
ArménieÉquateurMacédoine (Ex-Rép. youg. de)Serbie (1)
AustralieÉrythréeMadagascarSeychelles
AutricheEspagneMalaisieSierra Leone
AzerbaïdjanEstonieMalawiSingapour
BahamasÉtats-Unis d’AmériqueMaldivesSlovaquie
BahreïnÉthiopieMaliSlovénie
BangladeshFiji (îles)MalteSomalie
BarbadeFinlandeMarocSoudan
BélarusFranceMauriceSri Lanka
BelgiqueGabonMauritanieSuède
BelizeGambieMexiqueSuisse
BéninGéorgieMicronésie (Etats Fédérés de)Surinam
BhoutanGhanaMoldavieSwaziland
BolivieGrèceMongolieSyrie
Bosnie-HerzégovineGuatemalaMontenegroTadjikistan
BotswanaGuinéeMozambiqueTaipei chinois
BrésilGuinée équatorialeMyanmarTanzanie
BruneiGuinée-BissauNamibieTchad
BulgarieGuyanaNépalTchèque (Rép.)
Burkina FasoHaïtiNicaraguaThaïlande
BurundiHondurasNigerTimor-Leste
CambodgeHongrieNigeriaTogo
CamerounIndeNorvègeTrinité-et-Tobago
CanadaIndonésieNouvelle-CalédonieTunisie
Cap VertIrakNouvelle-ZélandeTurkmenistan
Centrafricaine (Rep.)IranOmanTurquie
ChiliIrlandeOugandaUkraine
ChineIslandeOuzbékistanUruguay
ChypreIsraelPakistanVanuatu
ColombieItaliePanamaVenezuela
ComoresJamaïquePapouasie-Nouvelle-GuinéeVietnam
CongoJaponParaguayYemen
Congo (Rép. dém. du)JordaniePays-BasZambie
Corée (Rép. de)KazakhstanPérouZimbabwe
Corée (Rép. Dém. Pop. de)KenyaPhilippines
Costa RicaKoweïtPologne 
(1) : À l’exclusion du Kosovo administré par les Nations Unies

Pays et Territoires non-Membres de l’OIE reconnus indemnes de peste bovine, conformément aux dispositions du Chapitre 8.13. du Code terrestre :

Antigua et BarbudaMarshall (îles)St Kitts et Nevis
Cook (îles)NauruSt-Vincent -et-les-Grenadines
DominiqueNiuéTerritoires Auton. Palestiniens
GrenadePalauTonga
KiribatiSamoaTuvalu
KosovoSalomon (Iles)Vatican
LibériaSte Lucie