Peste porcine classique

Les premiers cas de peste porcine classique ont été identifiés aux États-Unis d’Amérique au XIXe siècle. Au total, 11 millions de porcs ont été abattus lors de l’épizootie majeure de peste porcine classique qui s’est abattue aux Pays-Bas en 1997 ; le coût de cet épisode s’est élevé à 2.3 milliards de dollars américains. L’application des normes de l’OIE relatives à la surveillance a permis d’éradiquer la PPC en Amérique du Nord et dans une grande partie de l’Europe occidentale.

Qu’est-ce que la peste porcine classique ?

La peste porcine classique (PPC), appelée aussi choléra du porc (hog cholera), est une maladie virale contagieuse des suidés domestiques et sauvages. Elle est causée par un Pestivirus de la famille des Flaviviridae étroitement apparenté aux virus de la diarrhée virale bovine et de la maladie de la frontière (Border disease) chez les ovins. Il existe un seul sérotype du virus de la PPC et la maladie est inscrite sur la liste du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et doit être déclarée à l’OIE (Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE).


Transmission et propagation

Le mode de transmission le plus courant est le contact direct entre des porcs sains et des porcs infectés. Les animaux infectés excrètent le virus par la salive, les sécrétions nasales, l’urine et les fèces. Le virus se propage également à la suite de contacts avec des véhicules, des enclos, des aliments pour animaux ou des vêtements contaminés. Les animaux porteurs chroniques (dits « infectés persistants ») ne présentent pas nécessairement de signes cliniques mais ils excrètent le virus par les fèces. Les truies infectées transmettent l’infection au fœtus ; les porcelets disséminent ensuite le virus pendant plusieurs mois.

Le virus de la PPC survit longtemps dans la viande de porc et dans les produits transformés à base de viande de porc : plusieurs mois dans la viande réfrigérée, et plusieurs années dans la viande et les produits surgelés. Les porcs peuvent contracter la maladie suite à l’ingestion de viande de porc ou de produits dérivés infectés.

Le rôle des sangliers sauvages dans l’épidémiologie de la PPC est manifeste dans plusieurs régions d’Europe.

Les transports légaux ou illégaux d’animaux sont à l’origine de la propagation de la maladie, ainsi que l’alimentation des porcs avec des eaux grasses contenant des tissus infectés.


Risque pour la santé publique

L’homme n’est pas sensible au virus de la PPC. Les suidés sont la seule espèce susceptible connue.


Signes cliniques

L’infection peut être aiguë ou chronique et se présente sous diverses formes, allant de la forme grave, avec un taux de mortalité élevé, à bénigne, voire inapparente.

La forme aiguë de la maladie touche les porcs de tous âges et se manifeste par une fièvre, une tendance à l’entassement des animaux malades, une perte d’appétit et de tonus, un affaiblissement, une conjonctivite, une constipation suivie de diarrhée et une démarche titubante. Quelques jours après les premiers signes cliniques, les oreilles, l’abdomen et la partie proximale des membres peuvent prendre une coloration pourpre. Les animaux atteints d’une infection aiguë meurent en une ou deux semaines. Dans les formes graves, les manifestations cliniques ressemblent beaucoup à celles de la peste porcine africaine.

Lorsque la maladie est due à une souche peu virulente, les seules manifestations sont la baisse des performances de reproduction et des troubles neurologiques chez les porcelets nés de truies infectées, notamment des tremblements congénitaux.


Diagnostic

Les signes cliniques étant très variables et pas forcément spécifiques de la PPC, le diagnostic de la PPC se fait en laboratoire pour détecter les anticorps ou le virus lui-même. Le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres de l’OIE décrit les protocoles à suivre pour ces tests.


Prévention et contrôle

La peste porcine classique est inscrite sur la liste de l’OIE des maladies à notification obligatoire. Aucun traitement n’est pratiqué. Dans les zones endémiques, la vaccination permet de circonscrire la maladie. La production des vaccins à utiliser doit être conforme aux normes de l’OIE en la matière (Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres de l’OIE). Lorsque la maladie est sous contrôle, la vaccination est arrêtée et relayée par des mesures de surveillance continue. Le Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE défi nit les conditions à remplir pour qu’un pays ou une zone soient considérés indemnes de la maladie.

En cas de foyer dans une zone précédemment indemne, l’abattage sanitaire est pratiqué ainsi que la détection précoce des cas, le contrôle des déplacements d’animaux, l’élimination des cadavres et le nettoyage et la désinfection. Cette politique a permis d’éradiquer la PPC en Amérique du Nord et dans une grande partie de l’Europe occidentale.


Distribution géographique

La PPC est présente en Amérique centrale et du Sud, en Europe, en Asie et dans certaines régions d’Afrique. L’Amérique du Nord, l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont actuellement indemnes. Dans les années 1990, des épizooties majeures se sont déclarées aux Pays-Bas (1997), en Allemagne (1993-2000), en Belgique (1990, 1993 et 1994) et en Italie (1995, 1996 et 1997).

Références

Conformément aux procédures et mesures de reconnaissance officielle du statut sanitaire, cette page contiendra la Liste des Membres de l’OIE reconnus officiellement indemnes de la peste porcine classique par l’OIE, suite à l’adoption d’une résolution y afférente par l’Assemblée mondiale des Délégués (Assemblée) de l’OIE à l’occasion de la Session générale qui se tient tous les ans au mois de mai.

Tout Membre souhaitant que l’OIE reconnaisse officiellement son statut indemne de la maladie doit soumettre le questionnaire, présenté au chapitre 1.6. du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE (Code terrestre), et satisfaire à toutes les dispositions prévues par le Code terrestre au regard de la peste porcine classique. La Commission scientifique pour les maladies animales de l’OIE (Commission scientifique) est chargée d’évaluer, pour le compte de l’Assemblée, la conformité des dossiers des Membres à l’égard des normes de l’OIE. Lors de l’évaluation, la Commission scientifique s’appuie également sur les recommandations formulées par un Groupe ad hoc spécifique composé d’experts internationaux spécialisés dans le contrôle de la maladie.

Le statut sanitaire peut être suspendu suite à l’apparition d’un foyer de la maladie ou si la Commission scientifique note que les conditions requises aux termes du Code terrestre ne sont plus respectées. Toutefois, un Membre peut, sur décision de la Commission scientifique, recouvrer son statut s’il a soumis un dossier répondant à toutes les exigences requises pour recouvrer son statut sanitaire officiel, conformément aux dispositions prévues par les chapitres concernés du Code terrestre. Les suspensions et les recouvrements de statuts sanitaires sont annoncés par le Directeur général de l’OIE, après concertation avec la Commission scientifique, et leur liste est mise à jour jusqu’à l’adoption d’une nouvelle résolution par l’Assemblée en mai.

Les Membres officiellement reconnus indemnes de la maladie par l’OIE doivent soumettre tous les ans un formulaire de reconfirmation, à la fin du mois de novembre.


Carte du statut officiel de la PPC


Liste des Membres indemnes de PPC

Membres indemnes de peste porcine classique

Conformément à la Résolution N° 20 (88e Session générale, mai 2021)

Membres reconnus indemnes de peste porcine classique, conformément aux dispositions du Chapitre 15.2. du Code terrestre :

AllemagneDanemarkLiechtensteinPologne
ArgentineEspagne (1)LuxembourgPortugal (5)
AustralieEtats-Unis d’Amérique (2)MalteRoyaume-Uni (6)
AutricheFinlande (3)MexiqueSlovaquie
BelgiqueFrance (4)NorvègeSlovénie
BulgarieHongrieNouvelle-CalédonieSuède
CanadaIrlandeNouvelle-ZélandeSuisse
ChiliItalieParaguayTchèque (Rép.)
Costa RicaKazakhstanPays-BasUruguay
CroatieLettonie  
(1) Y compris les Îles Baléares et les Îles Canaries.
(2) Y compris Guam, les Îles Vierges des États-Unis et Porto Rico.
(3) Y compris les Îles d’Åland.
(4) Y compris la Guadeloupe, la Guyane française, la Martinique, Mayotte et la Réunion.
(5) Y compris les Açores et Madère.
(6) Y compris Guernesey (dont Aurigny et Sercq), l’Île de Man et Jersey.

Zones indemnes (7) de peste porcine classique 

Membres ayant une zone reconnue indemne de peste porcine classique, conformément aux dispositions du Chapitre 15.2. du Code terrestre :

Brésil : (Carte)

+ une zone composée des États de Rio Grande do Sul et de Santa Catarina telle que désignée par le Délégué du Brésil dans un document adressé au Directeur général en septembre 2014;

+ une zone composée des États d’Acre, Bahia, Espírito Santo, Goias, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, Rio de Janeiro, Rondônia, São Paulo, Sergipe et Tocantins, Distrito Federal, et des municipalités de Guajará, Boca do Acre, du sud de la municipalité de Canutama et du sud-ouest de la municipalité de Lábrea dans l’État d’Amazonas telle que désignée par le Délégué du Brésil dans un document adressé au Directeur général en septembre 2015, et en octobre 2020 ;

+ une zone constituée de l’État de Paraná telle que désignée par le Délégué du Brésil dans un document adressé à la Directrice générale en octobre 2020 ;

Colombie : (Carte)

+ une zone telle que désignée par le Délégué de la Colombie dans un document adressé au Directeur général en septembre 2015.

+ une zone, la zone centrale-orientale telle que désignée par la Déléguée de la Colombie dans un document adressé à la Directrice générale en octobre 2020 ;

Equateur : (Carte)

+ une zone constituée du territoire insulaire des Galápagos telle que désignée par le Délégué de l’Équateur dans un document adressé à la Directrice générale de l’OIE en octobre 2018.

(7) Toute demande d’information complémentaire sur la délimitation des zones des Membres reconnues indemnes de peste porcine classique doit être adressée à la Directrice générale de l’OIE.

Suspension/recouvrement de statut

Suspension du statut “Pays indemne de peste porcine classique”
Roumanie

Afin de s’assurer de la conformité de la Roumanie avec les dispositions du Code terrestre de l’OIE relatives au maintien de son statut de pays indemne de peste porcine classique, une mission a été effectuée dans le pays en 2020. En conséquence, le statut de « Pays indemne de peste porcine classique » de la Roumanie, tel que reconnu par l’Assemblée mondiale des Délégués de l’OIE par la Résolution n° 22 en mai 2019, est suspendu à partir du 23 mars 2020.