Montrer le chemin vers la résilience dans le secteur de la santé animale

Le choix des éditeurs

World Veterinary Day

Depuis presque 100 ans, la résilience est un principe directeur de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Des maladies émergentes aux défis d’une société de plus en plus mondialisée, l’Organisation a développé un savoir-faire pour aider les Services vétérinaires à faire face à un monde en constante évolution. L’apparition récente de foyers zoonotiques dévastateurs comme celui de l’influenza aviaire a souligné la valeur du personnel vétérinaire et sa capacité à prévenir et à répondre aux menaces sanitaires mondiales. Tout cela mérite d’être rappelé à l’occasion de la Journée mondiale vétérinaire 2022.

L’apparition d’épidémies dévastatrices comme la récente pandémie de COVID-19, une maladie humaine d’origine animale, a souligné une fois de plus la valeur du personnel vétérinaire et a prouvé qu’il peut venir en aide aux professionnels de santé publique dans une situation d’urgence sanitaire, notamment par l’établissement de diagnostic.

L’OIE s’efforce de faire des Services vétérinaires des contributeurs efficaces et résilients de l’amélioration de la santé animale à travers le monde et d’un meilleur suivi des maladies de la faune sauvage. Tout en créant un environnement favorable à leur pratique, l’Organisation met en œuvre des initiatives de formation continue et de renforcement des capacités qui visent un développement durable des compétences du personnel vétérinaire.

La santé animale est au cœur des grandes questions mondiales. C’est la raison pour laquelle nous ouvrons la voie vers la résilience en fournissant aux Services vétérinaires des solutions qui s’adaptent à de nombreux besoins et qui produisent des effets durables

 Dre Monique Éloit, Directrice générale de l’OIE 

L’un de nos programmes phares, le Processus PVS symbolise cette ambition. Ce système d’évaluation permet d’identifier efficacement les points forts et les besoins des Services vétérinaires, les sensibilise à la nécessité de mettre un pays en conformité avec nos Normes internationales et fournit une gamme de programmes de formation et de soutien. Faisant sienne l’approche Une seule santé, l’OIE met également en œuvre des séminaires communs avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) afin de faciliter la diffusion de pratiques fondées sur la preuve entre les services de santé animale et les services de santé humaine.

Les initiatives de renforcement des capacités de l’OIE, souvent adaptées aux besoins de chaque pays, visent à obtenir des résultats durables. Le projet EBO-SURSY, par exemple, aide les pays à prévenir les foyers et à renforcer les capacités régionales de réponse aux maladies zoonotiques qui engendrent de lourdes conséquences pour les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale.

En période de crise, rien n’est aussi puissant que des collaborations intersectorielles pour accroître la performance des professionnels de santé animale. Les Partenariats Public-Privé (PPP) sont donc essentiels pour attirer les ressources et créer des occasions de changement. L’Organisation a publié un Manuel contenant des lignes directrices, ainsi qu’un cours en ligne dans le but d’encourager ses membres à créer et pérenniser des réseaux intersectoriels.

Dans un contexte d’incertitude grandissante, protéger les animaux d’événements qui menacent leur survie exige l’existence de relations multilatérales et de partenariats interdisciplinaires. L’OIE et ses partenaires de longue date, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont récemment renforcé leur collaboration et inclus le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) dans leur alliance. Cette nouvelle alliance quadripartite émane de la nécessité de mobiliser des secteurs et des expertises d’horizons différents pour établir une gouvernance Une seule santé plus globale et mieux coordonnée. De même, le projet « Renforcer la résilience face à l’agroterrorisme et l’agrocriminalité » a été lancé en 2018 afin de créer des connexions entre le secteur de la santé animale et le secteur de l’application des lois et de faciliter le traitement des urgences zoosanitaires.

Rechercher la résilience vétérinaire s’inscrit dans la vision à long terme de l’OIE pour la santé mondiale. Le lien entre résilience et durabilité est d’autant plus fort dans le monde interconnecté d’aujourd’hui. Investir dans des relations et des structures qui travaillent à la renforcer contribuera aux avancées des objectifs de développement durable. Le transfert des compétences et du savoir par la formation appuie la certitude de l’Organisation qu’un accès équitable à l’enseignement joue un rôle central dans la garantie d’un avenir durable pour les populations, les animaux et la planète sur laquelle ils vivent.

En rendant la communauté professionnelle plus résiliente, l’OIE traite des questions de santé animale sous-jacentes et génère des gains sociétaux élevés : si les Services vétérinaires sont plus capables de prévenir et de répondre aux maladies, alors cela signifie que les pays sont mieux préparés à faire face aux crises à venir.

Alors que nous célébrons cette journée importante, n’oublions pas que ce sont les Services vétérinaires — des organes gouvernementaux et non gouvernementaux aux paraprofessionnels et aux techniciens des laboratoires — qui font avancer le secteur de la santé animale. Et c’est seulement en faisant preuve de résilience qu’ils seront capables de se développer, aujourd’hui et demain.

“The OIE thanks all its resource partners for their support for its programmes”  

Australia, Canada, China (People’s Rep. of), Colombia, France, Germany, Ireland, Italy, Japan, Korea (Rep. of), Mexico, the Netherlands, New Zealand, Norway, Spain, Sweden, Switzerland, United Kingdom, United States of America, European Union, Food and Agriculture Organisation of the United Nations, World Bank, World Health Organization, World Trade Organization, Bill & Melinda Gates Foundation, the Donkey Sanctuary, Four Paws, Global Alliance for Livestock Veterinary Medicines  (Galvmed), International Coalition for Working Equids (ICWE), the International Horse Sports Confederation (IHSC), Regional International Organization for Plant Protection and Animal Health (OIRSA), Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) and St Jude’s Hospital.