Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

4e Conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal : vers une nouvelle stratégie mondiale en faveur du bien-être animal

 

Au terme de trois jours de discussions enrichissantes, les 430 participants de la 4e Conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal, venus de plus de 100 pays, ont approuvé une série de recommandations visant à faire progresser le bien-être animal partout dans le monde, l’un des domaines d’action prioritaire de l’OIE. De plus, une première version de la Stratégie mondiale pour le bien-être animal a été présentée aux participants en guise de point de départ aux échanges ponctuant cet événement. Cette stratégie recommande en particulier la création d’un nouveau forum afin de permettre aux experts techniques et aux nombreux acteurs impliqués dans l’élaboration et la révision des normes internationales de l’OIE sur le bien-être animal de s’engager de façon continue.

 


Les recommandations adoptées par les participants à la Conférence ainsi que la version actuelle de la stratégie de l’OIE pour le bien-être animal seront soumises au vote de ses 180 Pays membres lors de la 85e Session générale de l’OIE en mai 2017

Paris, le 12 décembre 2016 – Accueillie par le Gouvernement mexicain*, la Conférence a abordé des thèmes particulièrement pertinents, en particulier l’importance de constituer des partenariats afin d’encourager une mise en œuvre efficace par les Pays membres des normes de l’OIE sur le bien-être animal. Elle a également traité des futurs développements scientifiques, en particulier du recours aux nouvelles technologies pour évaluer ce bien-être, et enfin, de la capacité des pays à répondre aux catastrophes d’origine naturelle ou humaine en lien avec la santé et le bien-être animal ainsi qu’avec la santé publique vétérinaire.

 Une vue d’ensemble plus détaillée des thèmes abordés pendant la Conférence est accessible grâce au diaporama ci-dessous.

 


« Au moment où les questions environnementales deviennent incontournables, il est de plus en plus admis que le bien-être animal va de pair avec le développement durable de l’élevage, et cela contribuera sans aucun doute à une évolution vers de nouvelles pratiques, plus respectueuses des animaux », a souligné la Dre Monique Éloit, Directrice générale de l’OIE, lors de l’ouverture de la Conférence.

Dans la production alimentaire, par exemple, prendre en compte le bien-être animal peut augmenter la productivité, la qualité et la sécurité sanitaire des aliments et enfin le rendement et, par conséquent, contribuer à la sécurité alimentaire et à la prospérité économique.

«Aujourd’hui, le réel défi est de garantir la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale en phase de production, en renforçant les synergies qui nous permettent de contrôler les maladies animales qui mettent en danger la santé publique, et menacent les relations commerciales avec d’autres pays », a expliqué le Représentant du Secrétariat de l’Alimentation du Mexique, Mr. José Eduardo Calzada Rovirosa. «Le seul moyen de garantir la santé animal, est de protéger la vie, la santé et le bien-être animal, et cela aura un impact positif pour la santé humaine».

Le bien-être animal est un des domaines d’action prioritaires de l’OIE depuis quinze ans et fait partie intégrante de son mandat, ce qui permet à l’Organisation d’élaborer des normes scientifiques, reconnues par la communauté internationale comme référence en la matière.

Une nouvelle étape a été franchie aujourd’hui : les participants de la Conférence ont approuvé les caractéristiques fondatrices d’une future stratégie de l’OIE en faveur du bien-être animal, bâtie sur les expériences et les résultats des stratégies régionales déjà appliquées dans le monde. La perspective de cette stratégie est de parvenir à « un monde le bien-être des animaux est respecté, promu et renforcé, parallèlement à une amélioration croissante de la santé animale, du bien-être de l'homme, du développement socio-économique et de la durabilité environnementale. »

Cette stratégie repose sur les quatre éléments suivants :

L’élaboration de normes internationales sur le bien-être animal

Cette stratégie propose, plus précisément, la création d’un nouveau forum, qui rassemble les chercheurs travaillant sur le bien-être animal, les défenseurs de la cause animale et le secteur de l’agroalimentaire. Ce forum aura pour mission de créer un cadre permettant un dialogue approfondi entre tous les acteurs de ce domaine, afin de garantir l’effort et l’engagement permanents que nécessite l’élaboration de nouvelles normes.

L’OIE continuera de publier des normes internationales, fondées à la fois sur les connaissances scientifiques actuelles et les expériences pratiques, notamment en ce qui concerne les systèmes de production animale et les animaux de travail.

Le développement des compétences et la formation

Les Services vétérinaires (dont les professionnels des secteurs public et privé), sont des acteurs essentiels intervenant sur les questions de bien-être animal et doivent posséder des compétences précises. L’OIE a détaillé leurs responsabilités dans les Codes Aquatique et le Terrestre et a intégré des indicateurs adéquats de la maîtrise de ces aptitudes dans l’enseignement vétérinaire et dans l’outil PVS (Performance des Services vétérinaires) de l’OIE.

La communication avec les gouvernements, les organisations, les Services vétérinaires, les établissements de formation et le grand public

Garantir le bien-être des animaux est une responsabilité qui doit être supportée par de nombreux acteurs. Une reconnaissance mutuelle et une implication constructive des différentes parties prenantes sont indispensables pour réussir à améliorer durablement le bien-être animal. Les Pays membres sont donc fortement incités à appuyer l’élaboration de programme nationaux de sensibilisation sur ce sujet et de formation des acteurs clés, tels que les éleveurs, les professionnels préposés aux animaux, les chefs communautaires et religieux et d’autres groupes majeurs, comme les écoliers.

La mise en œuvre des normes et des politiques sur le bien-être animal

La mise en œuvre progressive des normes de l’OIE sur le bien-être animal doit venir soutenir les Pays membres dans leur capacité à atteindre certains objectifs de développement durable. Par conséquent, après cette Conférence, ceux-ci seront vivement encouragés à intégrer les normes de l’OIE dans leurs législations nationales, afin d’inclure de façon effective dans leurs plans d’action nationaux les seize normes existantes dans ce domaine.

Enfin, cette Conférence a salué la publication récente de la spécification technique ISO[1] sur la gestion du bien-être animal, les exigences générales et les orientations pour les organisations des filières alimentaires. Cette spécification technique est conforme aux normes de bien-être animal actuelles de l’OIE.

 

Les textes concernant la présente stratégie et les recommandations seront soumis à l’adoption de l’Assemblée mondiale des Délégués lors de la Session générale de 2017.

 

Téléchargez tous les dessins ici

*L’OIE souhaite féliciter et adresser ses plus vifs remerciements au Gouvernement mexicain, au Secrétariat d’État à l’Agriculture, l’Élevage, le Développement rural, la Pêche et l’Alimentation (SAGARPA), et au Gouvernement de l’État de Jalisco pour leur accueil généreux et leur hospitalité ; l’OIE souhaite remercier tout spécialement le Service national de la santé phytosanitaire et vétérinaire, de la qualité et de la sécurité sanitaire des aliments (SENASICA) pour sa contribution, son soutien et sa collaboration dans l’organisation de cette Conférence.

Liens connexes :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

#OIEwelfare2016


[1] Organisation internationale de normalisation

 

Haut