Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Influenza aviaire et vaccination : quel est le fondement scientifique de la conduite à tenir ? L'OIE rappelle les bases essentielles de la vaccination chez les oiseaux et la nécessité d’une « stratégie d’arrêt » systématique de la vaccination

Paris, 4 mars 2009 - L'influenza aviaire hautement pathogène à virus H5N1 a été éradiquée chez les volailles dans la plupart des pays où elle était apparue mais elle reste retranchée dans quelques pays qui risquent d’exposer l'ensemble de la planète à cette maladie.

L'OIE réaffirme avec force que l'éradication de la maladie chez les volailles doit passer par des mécanismes de détection précoce et de réponse rapide face à tout foyer et par l'abattage des oiseaux infectés ou ayant été au contact de sujets infectés, en utilisant les normes de l’OIE pour l’abattage sanitaire dans des conditions décentes.

Souvent, les pays dont les Services vétérinaires nationaux n'appliquent pas les normes de qualité de l'OIE ne sont pas encore capables de détecter et de faire face rapidement à des foyers massifs d’influenza aviaire. La vaccination doit alors être utilisée systématiquement comme outil de contrôle intermédiaire jusqu'à ce que les Services vétérinaires se conforment aux normes de qualité de l'OIE.

Il est indispensable d'assurer une bonne gouvernance vétérinaire afin que les systèmes nationaux de santé animale du monde entier soient capables de mieux prévenir, détecter et contrôler les maladies infectieuses émergentes. Pour parvenir à cette fin, l'OIE a créé un « Outil d’évaluation des performances des Services vétérinaires » (l’Outil PVS), conçu pour évaluer la conformité des Services vétérinaires nationaux à ses normes de qualité, adoptées démocratiquement par ses 173 Membres. L’Outil PVS est un levier essentiel qui permet d’aider concrètement les Services vétérinaires de tous les pays à prendre des mesures harmonisées, à se mettre en conformité avec les normes de l'OIE et à mettre en place une bonne gouvernance de leur structure et de leurs procédures d’action.

Après une évaluation PVS, les Membres peuvent demander à l'OIE la réalisation de missions de suivi afin d’obtenir conseil et assistance pour remédier aux éventuelles insuffisances de leur gouvernance vétérinaire nationale.

Le recours à la vaccination peut parfois durer plusieurs années mais la mesure n’est efficace que si elle est appliquée à toutes les volailles (poulets, poules, canards, dindons, oies, cailles…) et si elle respecte des procédures adaptées, notamment le respect de la chaîne du froid. Les vaccins doivent être fabriqués conformément aux normes de qualité internationales prescrites dans le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres, publié par l’OIE.

Dès lors que les Services vétérinaires nationaux sont entièrement opérationnels pour assurer une détection précoce et une réponse rapide par des mesures de biosécurité appliquées aux installations infectées, la vaccination doit être arrêtée. Il n'est pas recommandé de considérer la vaccination comme une mesure de contrôle à long terme car celle-ci contribue très souvent à masquer la présence du virus.

Toute campagne de vaccination doit inclure une « stratégie d’arrêt » de cette vaccination, c'est-à-dire un retour aux mesures de contrôle classiques.

Haut