Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Cadre stratégique mondial pour l’élimination de la rage humaine transmise par les chiens

Agissons maintenant !

Conformément au consensus obtenu lors de la Conférence mondiale qui s’est tenue à Genève les 10 et 11 décembre 2015, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rendent public le Cadre mondial pour l’élimination de la rage humaine transmise par les chiens, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et avec le soutien de l’Alliance Globale contre la rage (GARC).

Ce document, qui conclut le rapport de la Conférence, adopte une approche coordonnée et visionnaire pour l’élimination de cette maladie à l’échelle planétaire. Son ambition : harmoniser mondialement les actions et donner des directives modulables et réalisables aux pays et régions afin de ramener à zéro le nombre de décès humains liés à la rage canine d’ici à 2030 dans les pays participants.

 

Rapport de la conférence mondiale sur la rage
(en anglais)

Cadre mondial pour l'élimination de la rage humaine transmise par les chiens
(en anglais)


Paris, le 16 mars 2016 –
La rage humaine transmise par les chiens continue de tuer des dizaines de milliers de personnes chaque année dans le monde. Se libérer de ce fléau tient de l’intérêt public mondial et cet objectif est réalisable compte tenu des outils dont nous disposons actuellement.

Le nouveau cadre, résultat de débats fructueux ayant mis autour de la table presque 300 participants (experts, donateurs, mais aussi responsables de la santé publique et vétérinaire) lors de la conférence OMS/OIE sur la rage en décembre dernier, identifie les actions nécessaires pour éliminer efficacement la rage. Il promet aussi d’être une étape décisive de sa réussite.

Bâti sur cinq piliers, ce plan d’action combine des aspects socio-culturels, organisationnels, politiques et enfin axés sur la ressource. Il revendique notamment trois mesures essentielles :

  • Rendre accessibles les vaccins et anticorps destinés à l’homme;
  • S’assurer que les personnes mordues puissent recevoir un traitement rapidement ;
  • Mettre en œuvre la vaccination de masse pour les chiens dans les zones à risque.

« La rage est une maladie évitable à 100 % par la vaccination et une immunisation rapide après l’exposition, mais le traitement après morsure est cher et il n’est pas abordable dans de nombreux pays asiatiques et africains. En appliquant cette approche plus globale, nous pouvons reléguer la rage dans les livres d’histoire », a déclaré le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, pendant la conférence.

« Le chien vacciné est le soldat de la lutte contre la rage »

En sachant que 95 % des cas de rage humaine sont causés par les morsures de chiens, la façon la plus économique d’éradiquer la maladie est donc de traiter le problème chez les animaux. Des actions de vaccination au long terme de 70 % des populations canines à risque sont la clé de son élimination dans les régions endémiques.

Dans ce contexte, le plan d’action encourage la responsabilisation des propriétaires de chiens et les pratiques de gestion des populations canines, y compris la vaccination, conformément aux normes intergouvernementales de l’OIE.

Le plan d’action réaffirme aussi la nécessité de renforcer les systèmes de santé publique et de santé animale pour favoriser la fourniture de vaccins humains et canins à la fois durables, sains, efficaces et accessibles, ainsi que des immunoglobulines. Ce soutien doit également permettre la promotion et la mise en œuvre de la vaccination canine de masse, considérée comme le moyen d’intervention le plus économique pour éliminer la rage humaine transmise par les chiens.

Pour atteindre cet objectif, assurer un approvisionnement suffisant en vaccins canins de haute qualité est essentiel. C’est la raison pour laquelle, depuis 2012, l’OIE a mis au point un mécanisme de banques de vaccins canins. Celui-ci atteste de la mise à disposition et la livraison rapide sur le terrain de vaccins de haute qualité, produits selon les normes intergouvernementales de l’Organisation et dont les prix compétitifs ont été obtenus après une procédure d’appel d’offres mondial entre les fournisseurs potentiels. Ce mécanisme a déjà contribué au succès de plusieurs campagnes de vaccination au sein de Pays membres d’Afrique et d’Asie.

À ce jour, plus de 15 millions de doses de vaccins antirabiques canins ont été commandées et livrées à travers la Banque de vaccins de l’OIE.

« Concernant l’élimination de la rage, l’exemple des Philippines signe une grande réussite. Les autorités philippines ont mis en place un programme d’envergure pour combattre la rage humaine avec le soutien de l’OMS. Et récemment, l’OMS a sollicité l’aide de l’OIE pour gérer les campagnes de vaccination de chiens, notamment à travers la fourniture de vaccins canins. C’est un très bon exemple de collaboration institutionnelle entre les équipes organisatrices de campagnes de vaccination au niveau national et les organisations internationales. Ce type de collaboration est très intéressant parce que cela implique non seulement la création d’outils communs, mais aussi la mise en place d’actions concrètes et pratiques sur le terrain », analyse le Dr Monique Eloit, la Directrice générale de l’OIE.

De plus, le cadre se prononce pour des actions coordonnées ciblant les populations humaines et canines par l’adaptation de stratégies de contrôle qui ont fait leurs preuves. Il se positionne en faveur du concept « Une seule santé » et d’une coordination intersectorielle par le biais des réseaux nationaux et régionaux.


Le Dr Monique Eloit, Directrice générale de l’OIE explique pourquoi les campagnes de vaccination contre la rage menées aux Philippines sont un exemple de réussite représentatif du concept « Une seule santé »

 

 

Pour appuyer la mise en œuvre de ces stratégies, il est indispensable que la communauté internationale investisse dans l’éradication de la rage humaine transmise par les chiens. L’OMS, l’OIE, la FAO et le GARC ont, en conséquence, publié de façon conjointe un Argumentaire en faveur de l’investissement visant à progresser vers l’élimination de la rage transmise par les chiens, dans le but de convaincre les pays, les décideurs politiques et les donateurs de la faisabilité et de l’importance de l’investissement dans les stratégies d’élimination de la rage.

Tous les participants de la Conférence et les autres parties concernées considèrent que le nouveau cadre mondial, dont la version améliorée a été adoptée à la fin de l’événement, est le moyen le plus efficace d’éradiquer la rage humaine transmise par les chiens d’ici à 2030. Agissons maintenant !

 

En savoir plus :

Conférence de l’OIE/OMS sur la rage : Élimination mondiale de la rage humaine transmise par les chiens. Agissons maintenant !
10-11 décembre 2015, Genève (Suisse)

 

Normes de l’OIE sur la rage


Portail sur la rage

Banques de vaccins antirabiques de l’OIE

Haut