Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Processus PVS, 10 années ensemble pour l’amélioration les Services vétérinaires

Paris, le 23 Mai 2017 – L’OIE célèbre le 10e anniversaire du Processus PVS. Depuis 2007, le Processus PVS (Performance des Services vétérinaires), programme phare de l’OIE, soutient les Pays membres dans l’amélioration durable de leurs Services vétérinaires en conformité avec les normes internationales de l’OIE.

« Le nombre de pays engagés dans le Processus PVS augmente d’année en année, car celui-ci s’est avéré utile, simple et produit des effets durables » a expliqué le Dr François Caya, Chef du Service des actions régionales de l’OIE. « En apportant un soutien aux Services vétérinaires partout dans le monde, l’OIE améliore la santé et le bien-être animal dans le monde ». Ces six dernières années, l’OIE a consacré en moyenne 1 million d’euros par an pour mettre en œuvre le Processus PVS et aider les Pays membres à renforcer leurs capacités.

Le Processus PVS est unique car il fonctionne de manière externe et indépendante. Il se fonde sur des faits et des éléments, traités par des experts formés et certifiés par l’OIE. Par ailleurs, les missions PVS sont entreprises sur la base du volontariat par le biais d’une demande officielle d’un Délégué de l’OIE au niveau national.

Le Processus PVS n’est pas une évaluation ponctuelle, c’est un parcours complet et au long terme dans lequel les pays peuvent décider de s’engager volontairement. Les États bénéficient d’un programme concret et exhaustif permettant d’identifier et de répondre à leurs besoins. Celui-ci est divisé en plusieurs étapes :

  • une mission d’Évaluation PVS initiale évalue qualitativement la performance et la conformité des Services vétérinaires avec les normes internationales de l’OIE relatives à leur qualité ;
  • une mission d’Analyse des écarts PVS facilite la définition des objectifs des Services vétérinaires d’un pays par rapport aux normes de qualité de l’OIE, en adéquation avec les contraintes et priorités nationales ;
  • plusieurs outils sont employés pour aborder des sujets spécifiques tels que les laboratoires, la législation vétérinaire, les Organismes statutaires ou les Établissements d’enseignement vétérinaire ;
  • enfin une mission de suivi du Processus PVS mesure les progrès et identifie les nouveaux besoins.

Quelques-uns des résultats les plus significatifs, comme cela a été rapporté par les Délégués OIE, sont la compréhension des points forts et des faiblesses des Services vétérinaires, la possibilité de se faire une meilleure idée de leurs besoins, une meilleure appréhension des normes de l’OIE, et une augmentation des opportunités de formation. En effet, lors des missions, les experts PVS de l’OIE assistent les Services vétérinaires dans l’évaluation de leurs capacités, dans l’identification de leurs forces et faiblesses ainsi que des aspects à améliorer; ils travaillent enfin sur des solutions avec les autorités nationales.

Depuis 2007, plus de 140 pays ont mis en œuvre le Processus PVS. (Voir l’état d’avancement des missions d’évaluation PVS et des missions d’analyse des écarts PVS dans le monde – mise à jour du 5 avril 2017).

À l’occasion de la 85e Session générale de l’Assemblée mondiale des Délégués OIE, une vidéo a été présentée pour marquer les 10 ans du Processus PVS. Celle-ci donne un aperçu de ce programme par la voix de ses protagonistes, en mettant en valeur ses grandes étapes, ses retombées positives et en se projetant dans l’avenir.

Le Processus PVS a prouvé sa grande efficacité au niveau mondial dans le renforcement des systèmes de santé animale en agissant dans des domaines aussi divers que l’allocation des ressources, l’amélioration des structures de gouvernance et la coordination au niveau national, ou la collaboration intersectorielle. Il a permis des avancées dans le monde entier concernant la surveillance de la santé publique en lien avec des mesures vétérinaires et de santé animale, le contrôle des maladies, les interventions d’urgence sanitaire, la prévention en matière de sécurité sanitaire des aliments et le bien-être animal.

Ces dix ans sont l’occasion de prendre du recul et de réfléchir et redéfinir la direction à prendre pour l’avenir. Alors que le Processus PVS compte déjà près de 350 missions, les défis majeurs dont dépend sa réussite sont bien définis. Dans cette optique, un forum de réflexion s’est tenu au Siège de l’OIE à Paris, du 4 au 6 avril 2017. Le but de ces 3 jours de rencontres : permettre aux Délégués de l’OIE et à certains représentants des Membres, partenaires, experts et personnels de l’OIE de travailler ensemble afin de réviser et planifier l’évolution stratégique du Processus PVS.

« Jusqu’à maintenant, nous disposons d’un bon référentiel, d’un langage commun, mais aujourd’hui les choses sont en train d’évoluer, en particulier avec l’approche « Une seule santé », a déclaré la Dre Eloit. « L’OIE travaille activement au côté son partenaire, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en créant des passerelles entre le Processus PVS et celui du cadre d’évaluation et de suivi du nouveau Règlement sanitaire international (RSI). Garantir des synergies entre les systèmes d’évaluation des santés humaine et animale participe à une meilleure santé au niveau mondial ». 


Liens utiles :

 


Suivez les discussions de la 85e Session générale de l’OIE sur les réseaux sociaux : #OIE85SG (Twitter / Facebook / Photos / Vidéos)

Complément d’information pour la presse ici: Séances ouvertes à la presse, Accréditation presse (obligatoire), Programme complet de la semaine.

Contact: media@oie.int / 06 16 46 28 90

Haut