Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Partager les bonnes pratiques pour renforcer les compétences de la profession vétérinaire : Programme de jumelage de l’OIE dans l’enseignement vétérinaire

Le programme de jumelage de l’OIE dans l’enseignement vétérinaire a été élaboré afin d’aider les Pays membres à atteindre le niveau d’exigence nécessaire au fonctionnement de Services vétérinaires hautement compétents, par la dispense d’un enseignement de qualité. Les événements récents concernant les maladies zoonotiques telles que la grippe aviaire ont illustré le fait que des systèmes de santé animale solides placés sous l’égide de Services vétérinaires puissants sont essentiels pour protéger les pays lors de crises sanitaires. Ils sont indispensables afin de prévenir et contrôler les maladies animales, dont les zoonoses, qui continuent d’avoir de graves conséquences sur la santé humaine et animale et mettent en péril la production et la productivité du bétail.

Paris, le 6 juillet 2016 – « Une force de travail vétérinaire bien formée est la clé d’une évaluation des risques scientifiquement juste, d’un signalement crédible des maladies et d’une prestation efficace des services aux producteurs et aux consommateurs », a souligné la Dr Monique Éloit, Directrice générale de l’OIE, lors de la 4e Conférence mondiale de l’OIE sur l’enseignement vétérinaire qui a eu lieu à Bangkok en Thaïlande, du 22 au 24 juin 2016.

L’amélioration de la formation initiale vétérinaire est le socle sur lequel peut s’élever une profession vétérinaire entreprenante et aux avant-postes des pratiques de bonne gouvernance, rendant ainsi possible la réduction des menaces représentées par les maladies animales, dont les zoonoses.

Cependant, dans de nombreux pays, la qualité de l’enseignement vétérinaire ne satisfait pas le niveau d’exigence nécessaire au fonctionnement de Services vétérinaires hautement compétents. Afin de traiter cette question, l’OIE a élaboré des Recommandations sur les Compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire pour garantir la qualité des services nationaux et des Lignes directrices pour un cursus de formation initiale vétérinaire dont le but est moderniser le cursus vétérinaire et la pédagogie. L’OIE plaide avec force pour que le cursus vétérinaire s’aligne sur ces recommandations et lignes directrices afin de s’assurer que les étudiants reçoivent une formation à la hauteur des compétences que l’on attend d’eux.



Applicables dans les établissements d’enseignement vétérinaire de tous les Pays membres de l’OIE, les Recommandations de l’OIE sur les Compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire fournissent un socle de base pour la formation et l’enseignement à destination des vétérinaires.

Pour appuyer ces recommandations, l’OIE a élaboré des Lignes directrices pour un cursus de formation initiale vétérinaire qui conseillent diverses matières. Ces lignes directrices sont une aide à l’élaboration de programmes pédagogiques permettant aux étudiants d’acquérir des compétences ciblées.


Pour aller plus loin dans la mise en œuvre de ces recommandations et lignes directrices, l’OIE a initié son Programme de jumelage entre les Établissements d’Enseignement Vétérinaire (ci-après désignés par EEV). L’objectif ultime de ce programme est de fournir aux futurs professionnels des connaissances indispensables pour assurer les Services vétérinaires nationaux dans leurs composantes privées et publiques, en favorisant un enseignement vétérinaire de qualité. Ce programme cherche, de plus, à mieux appréhender les limites de la formation initiale vétérinaire partout dans le monde.

L’objectif à long terme du Programme de jumelage dans l’enseignement vétérinaire de l’OIE est de créer davantage de centres d’excellence d’enseignement vétérinaire dans les zones géographiques qui sont actuellement sous-représentées et de parvenir à une meilleure répartition géographique des praticiens correctement formés sur la surface du globe, par le biais d’échanges entre enseignants et d’étudiants.

Chaque projet découlant de ce programme est le fruit d’un partenariat entre un (ou plusieurs) EEV reconnu ou accrédité, entre un « Tuteur » et un EEV « Bénéficiaire »

« L’identification des différences majeures entre le cursus délivré par l’Université nationale d’agronomie du Kazakhstan (KazNAU) et les compétences minimales vétérinaires ainsi que le cursus de formation initiale vétérinaire de l’OIE sera l’un des aboutissements du projet. À la fin de celui-ci, l’ENVT vérifiera la validité des méthodes utilisées par KazNAU pour mettre en œuvre les recommandations qu’elle a émises. »
École Nationale Vétérinaire de Toulouse, France - Université nationale d’agronomie du Kazakhstan (KazNAU, Kazakhstan)

Le programme de jumelage dans l’enseignement vétérinaire de l’OIE doit par conséquent donner l’occasion aux EEV de moderniser leur cursus et également leur pédagogie.

« Le Dr Terdsak Yano a complètement remanié son cours sur les maladies porcines en l’organisant sur le principe de la classe inversée et de la pédagogie active afin d’insister davantage sur les maladies animales transfrontalières, l’une des Compétences minimales de l’OIE. Le terme « classe inversée » signifie que l’on donne aux étudiants des supports à lire et des vidéos à regarder avant le cours. La pédagogie active implique des activités qui exigent la participation et l’implication de l’étudiant. »
Université du Minnesota (UMN, États-Unis d’Amérique) - Université de Chiang Mai (CMU, Thaïlande)

Les activités de jumelage comprennent également l’échange de compétences et d’étudiants, d’enseignements de formation continue et de programmes de perfectionnement professionnel, l’introduction à la recherche collaborative, l’amélioration de l’expertise en e-learning et des modules en ligne, et le développement de compétences pédagogiques par la préparation d’ateliers de formation.

Le Guide l’OIE pour les projets de jumelage dans l’enseignement vétérinaire (dernière version en mai 2016, en anglais) détaille le cadre et les processus en jeu dans un projet de jumelage.
À ce jour, neuf projets sont en cours dans les cinq régions de l’OIE et cinq autres projets sont en développement.

 












Les progrès accomplis témoignent des multiples approches utilisées pour améliorer le programme et la pédagogie de l’enseignement vétérinaire dans chaque pays.

« Les professeurs de l’Université Chiang Mai ont introduit des changements dans leur programme après l’expérience du projet de jumelage. Le corps enseignant a incorporé des présentations orales des étudiants orientées vers la gestion des abattoirs après que des étudiants ont réalisé un audit HACCP et un échantillonnage en entreprise. Les professeurs de l’Université du Minnesota ont été tellement impressionnés pat l’approche de l’Université Chiang Mai qu’ils ont ajouté dans leur cursus une activité de groupe sur la sécurité alimentaire, similaire à celle observée en Thaïlande dans le but de favoriser la pensée critique lors des interactions entre les étudiants. »
Université du Minnesota (UMN, États-Unis d’Amérique) - Université de Chiang Mai (CMU, Thaïlande)

Les projets de jumelage devraient représenter un avantage mutuel pour les universités et faire la promotion des bonnes pratiques permettant de développer la formation vétérinaire et, finalement, les Services vétérinaires du monde entier. Les avantages émanant d’un projet de jumelage devraient être durables, même longtemps après la fin de ce projet et mener vers le maintien et le développement futur de l’expertise vétérinaire et éducative dans la région.

Le jumelage fait partie d’une initiative plus large de l’OIE pour l’amélioration des Services vétérinaires ; il agit par conséquent en synergie avec les activités relevant du Processus PVS[1] de l’OIE et est complémentaire des autres Programmes de jumelage de l’OIE élaborés pour les laboratoires et les Organismes statutaires vétérinaires.

La 4e Conférence mondiale de l’OIE sur l’enseignement vétérinaire qui s’est tenue récemment à Bangkok, en Thaïlande a donné l’occasion au partenaires de jumelage des Pays membres de l’OIE de partager leurs expériences du Programme de jumelage dans l’enseignement vétérinaire et d’échanger sur la façon de mieux intégrer les Compétences minimales attendues des jeunes diplômés en médecine vétérinaire et les Lignes directrices pour un cursus de formation initiale vétérinaire dans les universités. Les recommandations élaborées pendant la Conférence seront bientôt disponibles en ligne.

Liens utiles :


    [1] Le Processus PVS est une procédure au long cours, composée de différentes phases lors desquelles des missions spécifiques sont entreprises dans le but de renforcer les systèmes de santé animale nationaux et leur contribution aux biens publics. Depuis 2006, le Processus « Performance des Services vétérinaires » (PVS) de l’OIE assiste les Pays membres dans les efforts des Services vétérinaires nationaux à se conformer durablement aux normes intergouvernementales de l’OIE.

    Vidéo: © Chiang Mai University

     

    Haut