fake hub hd sexy hub Female domination private4k.com

Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Editoriaux

Un grand merci à la Conférence de Genève

La Conférence sur l’influenza aviaire et la prévention de la pandémie humaine, qui s’est déroulée du 7 au 9 novembre 2005 à Genève, a été extrêmement utile à plusieurs titres. Plus de 600 participants venus de cent pays ont participé à l’élaboration de conclusions consensuelles qui permettront une gestion internationale bien coordonnée de la crise mondiale liée à l’apparition de la nouvelle « souche asiatique » de type H5N1 en Asie du Sud-Est à la fin de l'année 2003.

C'est la première fois que quatre organisations mondiales (l’OMS, la FAO, l’OIE et la Banque mondiale) ont réussi à s’entendre pour co-organiser une telle Conférence réunissant des représentants du monde médical et du monde vétérinaire ainsi que la communauté financière internationale, laquelle a été hébergée et parfaitement organisée par l’OMS.

La Conférence de Genève a accueilli des Délégations gouvernementales composées de médecins, vétérinaires et diplomates, des représentants de grand nombre d’Organisations régionales y compris la Commission européenne et l’Union africaine, et en plus de la Banque Mondiale, les principales banques de développement régional (Banques africaine, asiatique et américaine de développement).

Le premier message qui a été envoyé par l’OIE, totalement partagé depuis toujours par nos collègues et partenaires de la FAO, a été le suivant : la probabilité de l’apparition d’une pandémie humaine est directement corrélée à la quantité de virus de type H5 (voire H7) circulant chez les oiseaux d’élevage dans le monde, les oiseaux sauvages étant plus résistants à cette infection.
Plus il y aura d’oiseaux d’élevage contaminés par ce type de virus, plus la quantité de virus circulant dans le monde sera importante et plus la probabilité d’apparition de la pandémie humaine par mutation ou réassortiment de ces virus sera élevée. A l’inverse si le nombre d’oiseaux infectés par les virus H5 ou H7 de l’influenza aviaire restait du même ordre que celui d’avant la crise venue d’Asie, la probabilité d’apparition imminente de la pandémie serait plus faible, sachant qu’aucun scientifique au monde ne sait ou n’a su auparavant calculer cette probabilité. Le contrôle du virus chez l’animal au niveau mondial doit donc constituer une des priorités dans l’affectation des ressources nationales et mondiales. Ce message a bien été pris en compte.

Le deuxième message, également bien reçu par la Conférence, est que les virus présents chez les oiseaux et potentiellement capables de se transformer en virus contagieux d’homme à homme par mutation ou réassortiment circulent (ou vont circuler) surtout dans les pays en développement qui n’ont ni l’organisation appropriée ni les ressources pour mettre en place les dispositifs de prévention et de lutte chez les oiseaux d’élevage.

Les pays développés, voire certains pays « en transition » sont arrivés à contrôler le virus dès son apparition dans les élevages : la Corée, le Japon, la Malaisie, le Kazakhstan, la Roumanie, la Turquie, la Croatie ont combattu pour le moment avec succès les premières incursions de la souche asiatique sur leur territoire. Mais on peut affirmer qu’au moins cent pays dans le monde ne disposent pas encore des législations vétérinaires et des structures administratives et financières appropriées pour affronter si nécessaire une telle infection sans un appui international à la fois scientifique, technique et financier. Au Vietnam par exemple, le virus est maintenant présent sur la quasi-totalité du territoire après avoir enfoncé depuis le début de l’année 2004 toutes les premières lignes de défense, et ce malgré l’abattage de dizaines de millions d’oiseaux. Plusieurs centaines de millions d’oiseaux vont devoir être vaccinés dans ce pays pour tenter de ralentir ce désastre, et une aide extérieure massive sera indispensable pour y arriver dans des délais acceptables.
Heureusement, dans leur majorité, les pays en développement ne sont pas encore directement touchés par la souche actuelle, mais la Conférence a fort opportunément admis que la prévention et la lutte contre l’influenza aviaire et les autres maladies émergentes d’origine animale relevaient du concept de Bien Public International. En effet, un seul pays défaillant met en danger toute la planète, surtout dans le contexte de la mondialisation croissante des mouvements de marchandises, d’animaux et de personnes. De ce fait, les pathogènes se mondialisent aussi. Ils conquièrent de nouveaux territoires et rencontrent ainsi des opportunités de brassage génétique impossibles auparavant, qui peuvent leur donner la possibilité de devenir de plus en plus dangereux pour l’animal et pour l’homme.

La Conférence a donc souligné l’importance de ces nouveaux enjeux sanitaires et l’impérieuse nécessité d’appuyer sans réserve à la fois les pays en développement actuellement infectés et ceux qui risquaient de l’être prochainement, comme ceux du continent africain, afin de les aider à se préparer à prévenir et à combattre l’arrivée de la maladie chez les oiseaux.

Mais elle a aussi pris en compte le troisième et dernier message prioritaire pour lequel moi-même et mon équipe avons particulièrement insisté : les programmes d’urgence ne seront qu’un feu de paille si l’on ne profite pas des leçons de cette crise pour bâtir des dispositifs de prévention et de contrôle vétérinaire durables partout dans le monde au profit des pays pauvres et ce dans l’intérêt de toute la communauté internationale.

On sait que 75% des maladies émergentes chez l’homme sont d’origine animale et que 80% des pathogènes utilisables par la bioterrorisme sont également des pathogènes issus de l’animal. C’est pourquoi nous sommes certains que des crises à répétition surviendront dorénavant dans notre monde globalisé si l’on ne propose pas aux pays qui vont recevoir les aides d’urgence évaluées à Genève de les aider également à se doter de Services vétérinaires conformes aux normes minimales de qualité, adoptées démocratiquement par tous les 167 Pays Membres de l’OIE. Ces normes portent sur la bonne gouvernance et l’adoption des politiques sanitaires vétérinaires les plus efficaces, la législation et l’organisation administrative optimales, le rôle des éleveurs dans la gestion des maladies, la transparence, l’indépendance, les compétences scientifiques et techniques nécessaires et le niveau de ressources humaines et financières indispensables pour mettre en œuvre les politiques appropriées.

La bonne gouvernance repose sur un Service Vétérinaire public fort et capable de faire appliquer strictement la législation. Il faut pour cela dénoncer les composantes des politiques d’ajustement structurel qui ont été imposées à certains pays en développement et qui ont conduit à rendre squelettiques et inefficaces les Services Vétérinaires publics de certains de ces pays.

Ces normes permettent aussi à un pays qui les respecte de pouvoir appliquer efficacement deux principes cruciaux pour prévenir et combattre les maladies animales : la détection précoce de la maladie émergente ou ré-émergente dès son apparition, car chaque minute compte si on veut bloquer le pathogène avant qu’il ne diffuse, et la réaction rapide à cette incursion par l’abattage en urgence des animaux infectés ou en contact (tout en utilisant les normes de l’OIE adoptées pour éviter des souffrances inutiles aux animaux qu’il est indispensable d’abattre).

Il est à la fois du devoir et de l’intérêt des pays riches d’aider les pays pauvres à bâtir ou à rebâtir des systèmes vétérinaires durables, reposant sur une administration efficace s’appuyant sur un réseau de vétérinaires ruraux privés dense et bien motivé et sur des éleveurs bien formés et organisés dans le domaine sanitaire.

Le coût mondial d’un tel programme est bien moins élevé que par exemple le coût très élevé du stockage d’antiviraux pratiqué actuellement par les pays riches pour se préparer à une éventuelle pandémie, qui n’aurait certainement pas lieu de sitôt si ces pays avaient aidé les pays pauvres d’Asie au début de la crise en 2003 comme nous l’avions suggéré en vain avec la FAO.

La Conférence a également évoqué la question lancinante de la communication sur les risques sanitaires. Comment justifier que la communication mondiale, qui a essentiellement porté depuis deux ans sur la peur de la pandémie, ait complètement occulté la détresse de centaines de milliers de familles privées brutalement d’un de leurs moyens essentiels de subsistance en Asie ? Comment éviter la baisse massive de consommation de poulet (jusqu’à 50% récemment en Italie) qui va conduire à la perte de milliers d’emplois avant même que l’Union européenne n’ait connu le moindre cas ?

Ce sujet n’a pu être traité en profondeur à Genève. Il mériterait à lui seul une nouvelle conférence internationale portant sur les modalités de notre communication en temps de crise, qu’il s’agisse de l’influenza ou d’autres maladies émergentes ou réémergentes.

N’oublions pas que l’OMS définit la santé humaine pas seulement comme un état individuel sans maladie ou infirmité mais aussi comme une situation individuelle de bien être physique, mental et social. Des milliers d’éleveurs, d’entreprises et de salariés vont disparaître pour rien dans la filière volaille dans le monde. Qui va compenser leur détresse ? Quand pourra-t-on dire : plus jamais ça ?

Bernard Vallat

Contact : media@oie.int

Haut