Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Activités de l’OIE


Activités de l’OIE en matière de sécurité sanitaires des aliments d’origine animale en phase de production

Par le biais d’activités variées, l'OIE propose des orientations à ses Membres pour les aider à atteindre les objectifs en matière de sécurité sanitaire des aliments.

Normes internationales

Adoptées par l'ensemble des 182 Pays membres, les Normes internationales de l'OIE servent de base à l'établissement des législations nationales et à l'amélioration de la santé et du bien-être des animaux terrestres et de la santé publique vétérinaire dans le monde entier. Les normes qui portent sur les agents pathogènes d'origine alimentaire provenant d’animaux visent à éliminer les dangers qui se présentent avant l'abattage des animaux ou la première transformation de leurs produits. Elles traitent également du rôle des Services vétérinaires dans les systèmes de sécurité sanitaire des aliments et des liens entre la production, la transformation et la distribution des aliments.

Les relations entre l'OIE et la Commission du Codex Alimentarius (Codex) sont particulièrement importantes pour l'élaboration de normes internationales, car les risques pour la santé humaine et la sécurité sanitaire des aliments peuvent survenir dans les élevages et à toutes les étapes ultérieures de la chaîne de production alimentaire. L'OIE et le Codex collaborent étroitement à l'élaboration de leurs normes respectives qui couvrent le continuum de production alimentaire dans son ensemble, en veillant à éviter les lacunes et les contradictions.

De 2002 à 2017, le Groupe de travail sur la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production a proposé des orientations pour le programme de travail de l'OIE dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale en phase de production. Le Groupe, composé d'experts de haut niveau de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Codex, ainsi que d'experts du monde entier dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production, bénéficiant d’une reconnaissance internationale, a également contribué à créer des relations de travail fortes entre l'OIE et le Codex Alimentarius.

Lors de la 85e Session générale de l'OIE, en mai 2017, l'Assemblée mondiale des Délégués de l'OIE est convenue de dissoudre le Groupe de travail sur la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production, indiquant que son mandat avait été rempli et que les activités relatives à la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production étaient désormais bien intégrées aux activités de l'OIE. L'OIE poursuivra ses travaux dans ce domaine dans le cadre des travaux continus de la Commission du Code terrestre, dans le cadre d'autres instances, par exemple dans le cadre du Programme annuel de l’Alliance tripartite FAO-OIE-OMS, et de la participation aux instances du Codex en rapport avec l'élaboration de normes relatives à la sécurité sanitaire des aliments d’origine animale en phase de production.

Suivi des maladies animales dans le monde

Les Services vétérinaires jouent un rôle essentiel, notamment pour la mise en œuvre de mesures de contrôle, dans les enquêtes sur les foyers de maladies d'origine alimentaire qui peuvent être imputables à, ou impliquent des produits d'origine animale, et dans la riposte face à ces foyers. Ce travail doit être mené en étroite collaboration avec des professionnels de la santé publique, des analystes, des épidémiologistes, des producteurs, des transformateurs et des négociants de denrées alimentaires et toute autre partie concernée.


Pour les aider dans ces tâches, l'OIE publie des alertes relatives aux maladies notifiées par ses Membres sur une plateforme appelée OIE-WAHIS (Système mondial d'information zoosanitaire), afin de garantir la transparence quant à la situation de la santé animale. Cette activité est essentielle pour permettre une meilleure préparation dans les pays et pour renforcer la confiance entre les pays pour les échanges internationaux.

En raison de la nature mondiale des échanges commerciaux de denrées alimentaires, les Autorités vétérinaires doivent travailler avec d'autres organismes nationaux pour la déclaration aux réseaux internationaux des situations d’urgence en matière de maladies d'origine alimentaire, tels que le Réseau international des autorités de sécurité sanitaire des aliments (INFOSAN) de l'OMS.


Créer de solides réseaux internationaux et régionaux

L'expertise de l'OIE dépend largement de son réseau de Laboratoires de référence et de Centres collaborateurs. Il existe actuellement plusieurs Centres collaborateurs pour la sécurité sanitaire des aliments ainsi que pour les parasites d'origine alimentaire. Leur rôle consiste à apporter à l'OIE les informations scientifiques les plus récentes sur ces sujets et à partager leur expertise avec les Pays membres de l'OIE, le cas échéant. 

Afin de mieux traiter le thème de la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production au sein des pays, les Délégués de l'OIE de chacun des Membres de l'OIE désignent un Point focal qui se consacre à ce thème. Ces Points focaux travaillent généralement au sein de l'Autorité vétérinaire et sont encouragés à participer activement au processus d’élaboration des normes de l'OIE, pour les travaux relatifs à la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale en phase de production, ainsi qu'à leur mise en œuvre dans leurs pays.

Haut